in

Killing Eve Saison 3 Episode 2 Review


Martin Carr passe en revue le deuxième épisode de la saison 3 de Killing Eve…

Killing-Eve-302-1-600x401

Il y a un bord sombre de la bande dessinée qui fait irruption dans le sillage de Kenny Stanton. Un déni d’anciens collègues, d’amants récents et de mères en deuil rend tout mal à l’aise. Que ce groupe se frotte les épaules en plein jour sans l’intimité qui leur est normalement accordée, commence l’épisode deux avec un coup de poing émotionnel. Les parties intéressées font semblant de souffrir sous un éclat professionnel de civilité, tout en se cachant les yeux avec de petites conversations stupides. Sa cause de décès est examinée, des commentaires inappropriés sont exprimés et des départs brusques sont effectués après coup.

Ailleurs, notre assassin anti-héros au goût extrêmement cher parvient à masquer son mépris, à jouer au volley-ball verbal avec un vieil associé et à se brosser les ballons. Il y a une bombe à retardement de tentation entre les lieux opulents, les tranches de sarcasme et les drames austères de retour à Blighty. Harriet Walter reste sous une forme boursouflée sous l’apparence d’un agent russe fatigué du monde Dasha, tandis que fonde des intentions dramatiques dans chaque scène.

KE_302_DW_0905_0146_RT-1-600x401

En termes de poids émotionnel, cependant, c’est Fiona Shaw qui s’éloigne avec les applaudissements alors que Carolyn laisse enfin ses intérêts personnels et professionnels s’affronter. Pendant les premières scènes en face de Paul de Pemberton et la noyant plus tard dans le chagrin dans les ouvertures, elle prend le temps de dessiner des taches de chagrin dans les confrontations, les conversations et les apartés sardoniques. Son jeu d’équilibre aux côtés d’Oh est le plus impressionnant car il permet de maintenir le ton en opposition directe avec l’approche désarmante et insensible de Comer pour tuer.

Aux côtés de ces joueurs qui constituent l’essentiel de cet épisode de quarante minutes, il y a maintenant d’autres parties intéressées. De vieux patrons de journaux, des fonctionnaires intrusifs du gouvernement et des agents du bloc de l’Est ont l’intention de perturber la récupération d’Eve. Encore une fois, le sous-courant sass, sauvagerie et salace frémit sous la surface d’une série en plein flux. La confiance à ce niveau et au début d’une troisième manche en dit long sur les responsables.

Killing-Eve-302-2-600x400

Voler entre les emplacements et tisser des fils de parcelle entre les échanges de dialogue ne semble que si facile avec un travail acharné. Une assurance assurée par un casting solide, une écriture parfaite et une direction claire fait avancer les événements. Signalant à un public mondial que Villanelle n’est pas seulement de retour, mais joue au long jeu.

Martin Carr