in

Jungle Cruise : Dwayne Johnson et Emily Blunt survoltés dans le film de pirates de Disney (critique)

Emmené par le délicieux duo formé par Emily Blunt et Dwayne Johnson, Jungle Cruise sait se faire plaisir, même si le voyage est un peu trop mouvementé

Dwayne Johnson et Emily Blunt dans Jungle Cruise

Lorsque l’on se demande quelles attractions de Disneyland feraient un film passionnant, on peut dire que n’est pas la première qui vient à l’esprit, surtout pour nous français, puisque cette attraction n’existe pas à Disneyland Paris. C’est pourquoi il y a eu une certaine surprise – et une certaine appréhension – lorsque Disney a annoncé Jungle Cruise, son dernier film en prise de vue réelle qui suivra les traces de Pirates des Caraïbes. Il est facile de s’insurger contre le recours inutile à la propriété intellectuelle, qui est devenu un élément essentiel pour Disney ces dernières années. Mais heureusement, Jungle Cruise est plus qu’une faible tentative de redonner vie à de vieilles propriétés. Réalisé par Jaume Collet-Serra, le film ressemble beaucoup à un film d’aventure classique et semble s’être inspiré de nombreux autres films du genre. Emmené par la délicieuse paire formée par Emily Blunt et , Jungle Cruise sait se faire plaisir, même si le voyage est un peu trop long.

En 1916, le Dr Lily Houghton (Emily Blunt) est en pleine recherche d’un arbre mystique, sur lequel sont accrochés des pétales connus sous le nom de Larmes de la Lune. Ces larmes sont censées avoir d’incroyables propriétés curatives et Lily est convaincue qu’elles pourraient permettre d’innombrables avancées médicales. Sans se laisser décourager par les nombreux obstacles qui se dressent sur son chemin, Lily entraîne son frère MacGregor (Jack Whitehall) en Amazonie, où elle fait appel à l’escroc Frank Wolff (Johnson) pour les entraîner dans une folle aventure en amont sur son bateau La Quila. Ils sont loin d’être les seuls à rechercher les Larmes de la Lune, car le prince sournois Joachim (Jesse Plemons) et le conquistador maudit Aguirre (Edgar Ramirez) convoitent également les pétales. Si Lily a un espoir d’obtenir l’une des Larmes, elle devra faire confiance à Frank, ce qui est plus facile à dire qu’à faire.

Pour commencer, il n’y a qu’une petite partie de Jungle Cruise qui ressemble réellement à l’attraction sur laquelle il est basé, et c’est lorsque Frank emmène un groupe de touristes peu impressionnés à travers un tour de l’Amazonie mal ficelé. À partir de là, Jungle Cruise se transforme en quelque chose d’entièrement différent, ce qui amène à se demander pourquoi le film devait être associé à l’attraction. Au lieu de cela, le film est plus dans la veine de La Momie ou, oui, Pirates des Caraïbes – et en effet, il y a beaucoup de moments dans Jungle Cruise qui attireront des comparaisons directes. Cela donne l’impression que le film n’est pas entièrement un exploit original, mais plutôt un mélange d’idées passées. Dans ce cas, cependant, cela n’enlève rien à son sens général de l’amusement.

Jungle Cruise - Bande-annonce officielle (VF) | Disney

Jaume Collet-Serra met habilement en scène chaque séquence d’action (il y en a beaucoup) avec la bonne dose d’excitation tout en sachant aussi quand ralentir les choses et laisser les personnages respirer. D’une durée d’un peu plus de deux heures, Jungle Cruise est très riche en rebondissements, mais il n’est pas nécessaire de prendre toutes les tangentes. Par exemple, Paul Giamatti offre une performance rapide dans le rôle du sordide capitaine de port Nilo, mais le film aurait été parfait sans lui. Entre toute l’action et la mythologie plus profonde concernant les Larmes de la Lune, des parties de l’intrigue se perdent. Le scénario de Michael Green, Glenn Ficarra et John Requa (sur la base d’une histoire de John Norville, Josh Goldstein, Ficarra et Requa) comporte de nombreuses idées intéressantes, mais il est parfois difficile de se concentrer sur les plus importantes. L’histoire est à son meilleur lorsqu’elle développe les personnages et leurs relations, et elle trouve heureusement de multiples occasions de le faire.

Malgré ses défauts, Jungle Cruise offre toujours beaucoup de plaisir. Après tout, le plus important dans un film comme celui-ci, c’est qu’il soit agréable. Les scènes d’action mentionnées plus haut donnent à presque tous les membres du casting l’occasion d’exercer leurs prouesses physiques, et la jungle du titre s’avère être une toile de fond magnifique. Certains effets spéciaux, en particulier ceux d’Aguirre et de ses hommes, tombent à plat, mais le travail du concepteur de production Jean-Vincent Puzos avec le bateau bien-aimé de Frank et le port où il se trouve donne à Jungle Cruise une touche plus terre à terre. La partition de James Newton Howard est également remarquable ; à un moment donné, une séquence de flash-back est réglée sur des accords endiablés qui ne font qu’accroître l’excitation de l’histoire.

Mais il ne fait aucun doute que Jungle Cruise ne serait pas réussi sans ses principales vedettes. Aussi improbable que puisse paraître leur duo, Blunt et Johnson sont électriques ensemble. Blunt s’est progressivement imposée comme une grande star de l’action au fil des ans, et le rôle de Lily lui donne l’occasion de jouer avec brio le rôle de l’intello studieuse et de l’héroïne qui déchire. Elle se mesure à Johnson et ne recule pas, ce qui rend leurs plaisanteries très amusantes. Johnson trouve un vrai cœur dans Frank, qui commence comme un arnaqueur légèrement stéréotypé. Au fur et à mesure que Jungle Cruise progresse, il s’approfondit considérablement, et Johnson gère bien ces changements. Whitehall et Plemons ont tous deux de nombreux moments drôles, bien que dans le cas de MacGregor, les discussions autour de son personnage se concentreront probablement sur la dernière tentative de Disney de présenter un personnage gay de manière significative. Quant à Ramirez, il est sous-utilisé dans un rôle qui le cantonne au rôle de monstre de synthèse.

Tout compte fait, Jungle Cruise est le genre de divertissement pop-corn classique pour lequel la saison estivale est faite. Ce film est disponible dans les salles de cinéma pour un maximum de divertissement ce qui vous donnera l’impression d’être entraîné dans un tour de manège. Ceux qui recherchent des sensations fortes et chaleureuses feraient bien de monter à bord du Jungle Cruise. C’est beaucoup plus amusant que ne le suggère l’attraction elle-même.

Jungle Cruise est sorti en salles ce mercredi 28 juillet.