in

Julia Watson fait la promotion du design indigène avec son concept LO – TEK


Les concepteurs et environnementalistes Julia Watson sont les pionniers des technologies qui offrent des solutions au changement climatique.

Dans son nouveau livre, LO – TEK Design de Radical Indigenism, Watson soutient que les communautés tribales, considérées par beaucoup comme primitives, sont très avancées lorsqu’il s’agit de créer des systèmes en symbiose avec le monde naturel.

“Il y a tellement d’exemples”, a-t-elle expliqué à Dezeen. “Ils ont augmenté la biodiversité, ils produisent de la nourriture, ils atténuent les inondations, ils résistent aux conditions de l’estran, ils nettoient l’eau, ils séquestrent le carbone.”

“Ils ont toutes les qualités naturelles qui nous intéressent vraiment, en termes de services écosystémiques, mais ils sont entièrement construits par l’homme”, a-t-elle ajouté.

Le progrès nécessite une nouvelle boîte à outils

Watson estime que l’industrie technologique a une portée plus limitée que les gens ne le croient, basée uniquement sur un concept de haute technologie développé après la révolution industrielle.

Elle appelle cette industrie à adopter certains des principes du design indigène, dont beaucoup datent de milliers d’années, pour aider les villes du monde entier non seulement à atténuer l’impact du changement climatique, mais aussi à être résilientes pour l’avenir.

Julia Watson
Julia Watson soutient que les tribus indigènes sont des pionnières de la technologie

“J’ai une vision très claire de ce que pourrait être le juste milieu, comment nous pourrions commencer à explorer ces technologies et réfléchir à la façon dont elles pourraient changer la façon dont nous concevons les villes”, a-t-elle déclaré.

“Nous ne pouvons pas vraiment aller de l’avant en utilisant la même boîte à outils qui nous a amenés là où nous sommes maintenant”, a-t-elle poursuivi. “Nous ne pouvons pas simplement continuer à réutiliser la haute technologie et ce type de réflexion pour résoudre les problèmes qui ont créé les problèmes.”

Philosophie de conception LO – TEK

Watson, qui enseigne le design urbain à Harvard GSD et Columbia GSAPP, a passé six ans à développer son concept pour LO – TEK. À ne pas confondre avec low-tech, il intègre l’acronyme TEK, qui signifie savoir écologique traditionnel.

Le livre met en évidence une série d’études de cas, dans les paysages de montagne, les forêts, les déserts et les zones humides.

Les ponts Jingkieng Dieng Jri Living Root sont un système d'échelles et de passerelles vivantes
Les ponts Jingkieng Dieng Jri Living Root sont des échelles vivantes et des passerelles créées par la tribu Khasi en Inde.

Les exemples incluent les ponts de racines vivantes Jingkieng Dieng Jri, un système d’échelles vivantes et de passerelles créées par la tribu Khasi de l’Inde du Nord, et les îles flottantes de Totora Reed, une série d’îles artificielles créées à partir de roseaux au Pérou.

Certains sont directement comparables aux alternatives développées à l’ouest, comme c’est le cas avec la Bheri Wastewater Aquaculture à Kolkata, un système de traitement naturel des eaux usées qui nettoie la moitié des eaux usées pour une ville de 12 millions d’habitants.

Relations symbiotiques avec la nature

«LO – TEK recadre notre vision de ce qu’est la technologie, ce que cela signifie de la construire dans notre environnement et comment nous pouvons la faire différemment, pour synthétiser les millénaires de connaissances qui existent toujours», a déclaré Watson.

“Il s’agit de relations symbiotiques, qui sont les éléments constitutifs fondamentaux de la nature. Ces technologies LO – TEK sont nées de relations symbiotiques avec notre environnement, les humains vivant en symbiose avec les systèmes naturels.”

Les îles flottantes de roseau de Totora sont des îles artificielles créées à partir de roseaux au Pérou
Les îles flottantes de roseau de Totora sont des îles artificielles créées à partir de roseaux au Pérou

Watson estime qu’avec la prise de conscience mondiale de la crise climatique croissante et une vague de jeunes en armes, le temps est venu de réévaluer notre approche de la durabilité et de l’innovation.

“Je peux voir le changement se produire parce que je le vois tous les jours”, a-t-elle ajouté. “Il s’agit d’un énorme pas dans la bonne direction pour changer, élever et recadrer notre façon de construire et d’urbaniser.”

LO – TEK Design de Radical Indigenism est publié par Taschen.

Watson a présenté certaines de ses recherches sur le livre au forum sur l’architecture du monde autour du mois dernier, que Dezeen a diffusé en direct du Times Center de New York. La conférence, qui comprenait également des conférenciers tels que Junya Ishigami, Elizabeth Diller et Shohei Shigematsu, est toujours disponible pour regarder sur Dezeen.

Lisez la suite de l’interview avec Watson dans son intégralité:


Amy Frearson: Pouvez-vous commencer par expliquer ce qu’est LO – TEK?

Julia Watson: LO – TEK est un terme que j’ai développé. De toute évidence, la basse technologie est un terme que nous utilisons dans l’architecture et l’innovation, ce qui signifie des technologies rudimentaires ou primitives. Il est considéré comme utilitaire, un type de technologie inférieur et a souvent un lien avec l’innovation sociale. Je pense qu’il y a une confusion que les technologies basées sur la nature pourraient peut-être appartenir à la même catégorie, ou qu’elles ne sont pas du tout une technologie parce qu’elles sont tellement synthétisées avec nos environnements naturels.

Cela fonctionne contrairement au concept de haute technologie, qui est la fascination et l’évolution de l’industrialisme. Nous sommes à une époque où notre monde est assez high-tech, tout comme notre industrie. Nous sommes arrivés ici parce qu’à un certain moment, nous avons dit que c’était la technologie. De tous les milliers de technologies à travers le monde, y compris les technologies locales indigènes, nous avons pris un petit morceau qui était dans la vue des gens qui ont commencé notre voie mondialisée et modernisée. Cela nous a amenés là où nous en sommes, ce qui est un développement fantastique en tant que civilisation mondiale, mais nous sommes également dans ce paradoxe d’être dans un monde menacé par le changement climatique et les crises environnementales, et qui a des répercussions sociales et économiques. tourne.

Nous sommes donc à un moment où nous avons ce cadre d’une vision globale du monde. Nous avons toujours ces technologies basées sur la nature, bien que la plupart soient menacées et nous en avons perdu beaucoup. Et c’est un moment où nous recherchons quelque chose de différent dans l’environnement urbain et dans la façon dont nous construisons et nous rapportons à la nature. C’est le moment pour nous de faire le point, de recontextualiser ce cadre de vie industrialisé, digital high-tech ou high-tech, qui nous éloigne de la nature, et recadre le potentiel de la boîte à outils dans nos environnements urbains. Quelle est la boîte à outils que nous devons relier à la nature? Et comment procédons-nous différemment à l’avenir?

Nous emballons ces choses comme des technologies très nouvelles, contemporaines, modernes et urbaines, mais elles ont ces longues lignées de connaissances millénaires

Et donc le LO – TEK intègre également le TEK, ce qui signifie des connaissances écologiques traditionnelles. C’est un terme qui est utilisé en écologie humaine, et c’est là que beaucoup de ces travaux se fondent, dans le domaine des sciences. Cela dit, si ce sont des technologies qui sont simplement construites, fabriquées à partir de matériaux locaux, elles ne sont pas dans le cadre de la haute technologie. Mais ce n’est pas de la basse technologie car ce sont des relations écologiques très complexes, c’est une technologie basée sur la nature. Ce n’est pas primitif, c’est incroyablement innovant en essayant de trouver des solutions pour les réseaux urbains ou périurbains qui alimentent nos villes, en essayant de trouver des solutions pour le changement climatique et la résilience. Nous recherchons ces types de solutions, mais nous ne disposons tout simplement pas d’une énorme boîte à outils pour le moment.

LO – TEK recadre notre vision de ce qu’est la technologie, ce que signifie la construire dans notre environnement, et comment nous pouvons la faire différemment, pour synthétiser les millénaires de connaissances qui existent encore. La technologie est née de cela et est symbiotique avec les processus écologiques, du micro au macro.

Amy Frearson: Pouvez-vous me parler un peu de votre parcours et de ce qui vous a amené dans ce domaine?

Julia Watson: J’ai commencé comme architecte, il y a 22 ans en Australie, étudiant dans le Queensland à l’UQ, où j’ai suivi un cours intitulé Aboriginal Environments. De toute évidence, le monde colonial et aborigène en Australie est un sujet très chargé.

Ma famille est anglaise et grecque, et ma mère était une immigrée de première génération en provenance d’Égypte, alors, en grandissant, j’avais une vision du monde très coloniale sans même le savoir. Quand j’ai commencé à apprendre sur l’environnement autochtone, c’était une façon si différente de voir le monde et j’étais fasciné. Environ un an plus tard, j’ai obtenu mon diplôme et j’allais vivre à Londres, mais je me suis arrêté à Bornéo en chemin. J’avais lu ce qui se passait à Bornéo, avec la perte d’orangs-outangs et de plantations primaires, et je cherchais cette tribu appelée le peuple Penan. J’avais lu un article sur un environnementaliste suisse qui avait défendu ce groupe d’habitants de la forêt pour s’opposer au gouvernement malais parce qu’ils enlevaient leur forêt pour se transformer en plantations d’huile de palme. Il avait disparu, mais il avait documenté cette tribu que personne n’avait vraiment vue auparavant. J’étais fasciné d’aller dans la jungle et de chercher cette tribu. Je suis allé à Bornéo pendant un mois et j’ai finalement trouvé la tribu. Ils vivaient dans ce campement au bord d’une rivière qui n’était manifestement pas la façon dont ils avaient vécu. C’était tellement triste.

Kihamba Forest Gardens est un système agroforestier complexe créé par le Chagga de Tanzanie
Les jardins forestiers de Kihamba présentent un système agroforestier complexe géré par le Chagga de Tanzanie

Je suis allé à Londres, puis je suis revenu, mais j’ai continué à étudier cette idée de ce que signifie être un autochtone et comment vous voyez le paysage dans lequel vous vivez. Je voulais savoir pourquoi est-ce si différent de la façon dont j’étais élevé, à la façon dont une grande partie du monde se rapporte au monde naturel, et ce qui est toujours là dans cette relation. Qu’avons-nous perdu avec la voie du colonialisme? Pouvons-nous jamais trouver un terrain d’entente?

Cela m’a conduit à Harvard, où je suis allé étudier les paysages sacrés, en cherchant pourquoi ils sont sacrés et comment les conserver. J’ai découvert que la plupart de ces paysages sacrés visent à protéger les ressources qui rendent la survie humaine possible, comme l’eau douce ou les fermes. Il s’agit essentiellement de protéger la Terre, car la survie humaine en dépend. J’ai obtenu un prix lorsque j’ai obtenu mon diplôme, j’ai donc pu aller en pèlerinage dans des sites sacrés du monde entier pour les étudier. J’ai fait des voyages au mont Kailash au Tibet pour un festival Saga Dawa et sur un site du patrimoine mondial de l’UNESCO à Bali.

À partir de cela, j’ai commencé à enseigner la technologie du paysage contemporain à Columbia, où j’ai commencé à réaliser que beaucoup de ces technologies, comme les toits verts, existent depuis toujours. Nous créons des zones humides artificielles qui nettoient l’eau, mais il y a déjà des zones humides naturelles qui font cela. Nous emballons ces choses comme des technologies très nouvelles, contemporaines, modernes et urbaines, mais elles ont ces longues lignées de connaissances millénaires. Cela m’a fait penser, combien d’autres sont là-bas que nous ne regardons pas encore? Dans quelle mesure notre cadre de ce que nous emballons en tant que technologie est-il fermé?

C’est de là que vient le livre. J’ai demandé, pourrait-il y avoir 50 autres technologies comme celle-ci? Pourrait-il par 100? Dans le livre, il y en a 120, et ce n’est qu’une lampe de poche dans le noir, d’une personne qui fait cela sans financement, simplement motivée par la curiosité et de merveilleux étudiants qui ont pris la cause et voulaient travailler à mes côtés.

Amy Frearson: Pouvez-vous choisir certains des exemples les plus radicaux de LO – TEK du livre?

Julia Watson: L’étude de cas que je pense que les gens comprennent le plus succinctement est la zone humide d’East Kolkata, qui est un système de traitement des eaux usées à Kolkata. Il est né il y a quelques centaines d’années, ce n’est donc pas comme s’il s’agissait d’une technologie vieille de 6000 ans, mais il est né d’un groupe d’agriculteurs bengalais qui vivaient à la périphérie de Kolkata, qui est maintenant une ville de 12 millions d’habitants. Il y a un collectif d’agriculteurs qui traite les eaux usées sortant de la rivière Hooghly. Une grande partie des eaux usées de Kolkata sont acheminées vers un système qui mène à cette zone humide, et ils l’ont soumis à une série de processus. Ils ont des étangs de décantation et des étangs où ils introduisent du poisson. C’est un très vaste système de zones humides entièrement créé par l’homme et géré par des coopératives villageoises. Ils nettoient les eaux usées et produisent des légumes pour la ville, tout en économisant des millions de dollars par an par rapport aux coûts de fonctionnement d’une véritable station d’épuration. Il nettoie en fait chaque jour la moitié des eaux usées d’une ville de 12 millions d’habitants. Vous pouvez voir que cette application à la périphérie d’une ville comme New York ou Londres, s’il y avait une volonté municipale et un véritable changement de mentalité vers les technologies basées sur la nature.

C’est un recadrage de la compréhension de la technologie, de notre relation avec notre environnement naturel et de ce que cela signifie

Une autre technologie que je pense que vous pouvez recontextualiser est dans la forêt amazonienne au Brésil. Il existe une tribu appelée Kayapó qui introduit des centaines d’espèces de plantes différentes dans un système agroforestier au sein de la forêt tropicale. Il ne détruit pas la forêt tropicale mais est incroyablement productif pour la nourriture. Vous avez donc l’Amazone en feu à cause de la coupe à blanc pour l’élevage de bétail, mais dans cette même forêt tropicale, vous avez une communauté qui vit dans la forêt tropicale, évidemment à la même échelle, mais qui fait un type d’agriculture différent qui s’intègre dans la canopée de la forêt tropicale et produit toujours de la nourriture. Il y a ces deux types de systèmes complètement différents, qui se heurtent, mais personne n’apprend l’un de l’autre. Il n’y a pas d’adoption d’un système alimentaire productif en agroforesterie symbiotique ou une allocation des co-avantages de garder la forêt amazonienne mais aussi de produire de la nourriture, même si vous voyez ces types de systèmes à travers le monde.

Un autre système très similaire se trouve à la base des pentes sud du mont Kilimandjaro. Le Chagga est l’une des communautés les plus riches et les plus instruites de Tanzanie, dans cette partie de l’Afrique. Ils ont ce qu’ils appellent le kihamba, qui est une plantation de bananes qui vous prend deux heures et demie pour traverser. C’est la taille de Los Angeles, cette zone de terre. Ils ont environ 500 espèces dans cette forêt qui conserve le couvert forestier d’origine, mais ils ont introduit environ 250 nouvelles espèces de bananes productives, de café et de différentes espèces végétales. Ils ont réussi à trouver un moyen de conserver la complexité de la forêt tropicale naturelle, mais aussi à intégrer un système agroforestier vraiment complexe qui est incroyablement productif, ce qui en a fait l’une des communautés les plus avancées économiquement de cette région.

Amy Frearson: Comment résumeriez-vous les études de cas que vous avez trouvées jusqu’à présent?

Julia Watson: C’est un recadrage de la compréhension de la technologie, de la façon dont nous nous relions à notre environnement naturel et de ce que cela signifie. Et si nous continuons à chercher, il y a tellement d’exemples. Ils ont une biodiversité accrue, ils produisent de la nourriture, ils atténuent les inondations, ils sont résistants en termes de conditions de l’estran, ils nettoient l’eau, ils séquestrent le carbone. Ils ont toutes les qualités naturelles qui nous intéressent vraiment, en termes de services écosystémiques, mais ils sont entièrement construits par l’homme. Ils utilisent des relations écologiques complexes pour les conduire, mais ils sont faibles en énergie incarnée. Ils produisent un certain type d’activité communautaire et culturelle, et ils permettent à cette communauté de vivre vraiment étroitement et harmonieusement avec leur environnement.

Amy Frearson: Plus tôt, vous avez dit que vous cherchiez un terrain d’entente entre les technologies indigènes et le monde de la haute technologie. Ayant fait cette étude, pensez-vous qu’il est possible d’en trouver une?

Julia Watson: C’est en partie pourquoi je mets ce livre au monde. J’ai une vision très claire de ce que pourrait être le juste milieu, de la façon dont nous pourrions commencer à explorer ces technologies et réfléchir à la façon dont elles pourraient changer la façon dont nous concevons les villes.

Alors que les villes continuent de croître et de s’agrandir, quelle est la nouvelle façon dont les villes vont croître?

Alors que les villes continuent de croître et de s’agrandir, quelle est la nouvelle façon dont les villes vont croître? Nous avons tous ces visions utopiques pour les villes, mais que se passerait-il si ces visions utopiques s’inscrivaient vraiment dans ce type de pensée, en s’appuyant sur ces types de technologies basées sur la nature? Et si les villes se situaient vraiment dans les écosystèmes, plutôt que les petites applications des petits écosystèmes appliquées aux façades des villes?

Le livre et ce travail visent à publier des exemples et des études de cas, et à semer des designers contemporains qui peuvent les prendre et les défendre. Il existe de bien meilleurs designers que moi et je veux qu’ils prennent cela, l’utilisent et l’appliquent.

Dans le monde universitaire, nous examinons la recherche la plus avant-gardiste et la plus avant-gardiste en transition vers la conception. La plupart du temps, le monde universitaire et la recherche sont sur le point de repenser comment la prochaine vague de développement se produira dans la pratique. Étant donné le nombre de problèmes auxquels nous devons faire face aujourd’hui dans notre environnement urbain, dans le monde dans lequel nous vivons actuellement, si nous pouvons simplement élargir cet horizon, il y a tellement de potentiel.

Amy Frearson: Quel genre de réponse pensez-vous que vous obtiendrez à l’idée?

Julia Watson: C’est vraiment drôle que, dans l’ensemble, il y ait trois réponses. Le premier est: «Je peux totalement voir cela se produire». Ensuite, il y a des gens qui disent: “D’accord, mais cela peut-il vraiment s’appliquer aux villes?” Ensuite, il y a des gens qui disent simplement non.

J’adore la politique contemporaine, donc je suis vraiment en train de comprendre la façon dont notre monde et notre façon de voir le monde, et je pense que cela revient presque à une compréhension politique du fait d’être visionnaire et avant-gardiste. C’est comme le changement climatique en ce moment, c’est juste un argument politique, parce que la science ne peut pas être réfutée. Là où il y a une adoption de la science, cela va recadrer notre monde.

Un projet dont je pense qu’il est vraiment intéressant de parler ici est ONU-Habitat, le projet des Nations Unies sur les villes flottantes. Les gens sont vraiment intéressés par cette idée de villes flottantes. Pourtant, dans le livre, il y a deux études de cas de communautés qui ont vécu sur des îles. L’un d’eux est le Ma’dan qui a vécu dans les zones humides du sud de l’Irak pendant 6500 ans sur des îles flottantes. L’autre est les Uros qui vivent sur le lac Titicaca, le plus haut lac navigable du monde, sur des îles qu’ils construisent à partir de roseaux, qui durent 20 ans. Partout dans le monde, des gens vivent en milieu aquatique.

Conception LO – TEK par l'indigénisme radical
Ces études de cas figurent toutes dans le livre de Watson, LO – TEK Design by Radical Indigenism

Nous ne pouvons pas vraiment aller de l’avant en utilisant la même boîte à outils qui nous a amenés là où nous sommes maintenant. Nous ne pouvons pas simplement continuer à réutiliser la haute technologie et ce type de réflexion pour résoudre les problèmes qui ont créé les problèmes. En regardant d’autres communautés, nous pourrions peut-être simplement dire si nous utilisons la technologie de pointe et la technologie LO – TEK pour penser à cette idée de villes flottantes? Que pensons-nous de ces systèmes fonctionnant avec nos environnements naturels? Il y a tellement d’opportunités avec la conception et la résilience, si nous pouvons sauter juste en étant réactif. Nous sommes vraiment fascinés par l’élévation du niveau de la mer en ce moment parce que c’est ce que nous voyons est la condition la plus imminente à laquelle nous allons faire face. Mais suivre de très près les queues de coq de l’élévation du niveau de la mer est une énorme mort des arbres dans les environnements désertiques. C’est juste la seule chose qui affecte le plus de personnes à un moment donné.

Il y a une nouvelle crise qui vient à vous, ce sont les incendies de forêt en Australie et en Californie. Les gens font du brûlage dirigé et utilisent la pyrotechnie comme technologie. Les communautés des Amériques et de l’Australie font cela depuis des millénaires. Ils savaient qu’ils devaient le faire dans ces environnements pour créer de la productivité mais aussi pour réduire les menaces. Ils utilisent ces choses comme des stratégies résilientes depuis très longtemps.

Nous devons déplacer cette idée de supériorité vers une compréhension de la symbiose

Je pense que nous devons vraiment élargir notre vision de la technologie, mais aussi être plus prédictifs et mieux préparés, non seulement dans les écosystèmes côtiers et les villes côtières, mais dans tous les domaines. C’est pourquoi le livre est divisé en montagnes, forêts, déserts et zones humides. Nous devons examiner tous ces différents environnements et être résilients dans chacun d’eux.

Amy Frearson: Avec le changement climatique et l’anthropocène déjà là, êtes-vous sûr que nous n’avons pas manqué de temps pour être résilients?

Julia Watson: Non. Je veux recadrer le concept de l’anthropocène, en quelque sorte. Parce que nous sommes arrivés à l’industrialisation, nous sommes arrivés à cette période de temps, nous sommes arrivés à avoir une dissociation de la nature à travers le Siècle des Lumières. Cela nous a éloignés de la nature pour que nous considérions la nature comme une menace ou nous nous considérions comme le sauveur de la nature. Je pense que c’est toujours comme une pensée fondamentale dans ce concept de l’anthropocène et je veux que le livre dissolve cet objectif.

Il s’agit de relations symbiotiques, qui sont les éléments fondamentaux de la nature. Ces technologies LO – TEK sont nées de relations symbiotiques avec notre environnement, les humains vivant en symbiose avec les systèmes naturels. C’est ce que je pense qu’il faut changer. Nous ne sommes pas supérieurs, nous ne travaillons pas contre ou menacés par la nature, nous devons être symbiotiques avec elle. Nous devons déplacer cette idée de supériorité vers une compréhension de la symbiose.

Je pense que nous avons besoin d’une nouvelle mythologie, je continue de parler de cette mythologie du monde contemporain et de la mythologie de la technologie, mais cette mythologie est vraiment fondamentalement étayée par la compréhension que nous ne sommes pas supérieurs. C’est la seule façon d’aller de l’avant. Je pense vraiment qu’il y a une énorme volonté politique qui ne fait que croître. Nous le voyons comme si je n’avais jamais rien vu de tel auparavant. Je pense que c’est vraiment inspirant et sans précédent. Voir un gouvernement totalement disqualifier et ignorer que le changement climatique se produit et ensuite avoir une vague de jeunes, d’enfants, qui sont juste politiquement en armes, en disant que vous pouvez plus ignorer cela.

Je peux voir le changement se produire parce que je le vois tous les jours. Il y a une énorme préoccupation et les architectes en font la promotion, demandant comment ils réagissent. Il s’agit d’un grand pas dans la bonne direction pour changer, élever et recadrer notre façon de construire et d’urbaniser.