in

Johnathan Thurston révèle sa motivation derrière le traîneau d’origine Mitchell Pearce


Le formidable Johnathan Thurston du Queensland Maroons a révélé la motivation derrière son célèbre traîneau vers le demi-arrière de la NSW Mitchell Pearce lors de la série Origin 2015.

Pearce a été négligé pour la série 2014 en faveur de Josh Reynolds et Trent Hodkinson, ce qui signifie qu’il n’a pas réussi à lever le bouclier lorsque NSW a finalement brisé la séquence emblématique du Queensland de huit titres Origin consécutifs.

Au cours de la série 2015, les Blues ont surmonté un objectif de champ gagnant de Cooper Cronk dans Origin I pour envoyer la série à un décideur en battant les Maroons dans Origin II.

À une victoire de la tenue définitive du bouclier, le malheur de Pearce s’est poursuivi lorsque les Marrons ont détruit NSW 52-6 dans Origin III au Suncorp Stadium.

La série est connue pour ses jibes d’avant en arrière entre les deux côtés.

Mais le seul traîneau inoubliable a été lorsque Thurston a fait savoir à son homologue Pearce: « Il devrait probablement obtenir une photo avec la statue de Wally (à l’extérieur du stade Suncorp), car c’est le plus proche qu’il allait obtenir pour tenir le bouclier. »

L’entraîneur adjoint des Maroons de l’époque, Kevin Walters, a révélé que Thurston avait même proposé de prendre la photo de Pearce avec la statue de Wally Lewis et lui a dit: « Vous êtes le pire demi-arrière que la NSW ait jamais vu au niveau Origin. »

C’était personnel entre Thurston et Pearce cette série. Le demi-arrière de la NSW aurait raillé Thurston comme étant « trop ​​vieux » lors des deux premiers matches; un traîneau qui s’est retourné de façon spectaculaire dans le décideur, avec la légende des marrons hurlant « trop ​​vieux! » à Pearce au cours de l’annihilation en 46 points.

Thurston a admis qu’il « ne pouvait pas croire » certains des commentaires que Pearce avait adressés à son équipe du Queensland pendant la série, déclarant qu’il l’utilisait comme motivation.

« Ce n’était pas seulement Pearcey que je voulais surmonter », a déclaré Thurston. La grande dynastie du monde des sports.

« J’ai toujours voulu dépasser le sommet de mon adversaire, j’ai toujours voulu jouer mieux que lui.

« Cette période là où il y avait pas mal de plaisanteries entre les deux équipes, je ne pouvais pas croire ce qu’il (Pearce) disait à propos de certains de nos joueurs à l’époque après l’un des matchs. »

« Je viens de mettre cela dans ma forme de banque de mémoire quand nous les avons joués ensuite et c’était une chance, nous en avons mis 50 ce soir-là et je l’ai informé. »

« J’ai toujours voulu être meilleur que l’adversaire, c’est ainsi que j’ai abordé le jeu. »

Pearce a finalement obtenu une victoire dans la série Origin l’année dernière, lorsqu’il a été recruté pour la dernière victoire décisive de NSW. Le demi-tour torturé a lancé une passe qui a permis à Blake Ferguson de franchir la ligne de touche, avant que James Tedesco ne marque l’essai gagnant.

Mais avec Thurston à deux ans de sa retraite, Pearce n’a jamais eu raison de son puissant rival du Queensland.

La dynastie: une rivalité amère

Thurston lui-même n’était pas étranger à la fin des paroles de son opposition.

Le quadruple joueur Dally M de l’année a admis qu’il avait toujours été une cible pour les Bleus, avec Immortal Andrew Johns en particulier ciblant Thurston.

« Dans Origin, vous allez être ciblé et c’est ce que vous faites, vous essayez de cibler les autres moitiés et voyez si elles peuvent supporter la pression, gérer la chaleur et c’est ce qui a fait le meilleur des gars de notre groupe,  » il a dit.

« C’était juste une partie d’Origin, le niggle. Je me souviens de la série 2005, Joey (Johns) criant: » Voilà, entrez en lui « , essayant juste de me mettre sous pression tout le temps.

« Mais cela vous a donné confiance que vous pouviez le gérer et que vous pouviez vous épanouir. »

Voir aussi  NRL dit qu'il n'a aucun problème avec la chronologie de l'ASADA

Written by Jérémie Duval

Tout ce qui arrive sur Netflix en mai 2020

L’international canadienne Janine Beckie signe une nouvelle entente avec Manchester City