in

Joe Ofahengaue prêt à rembourser la dette des Broncos au retour du LNR


Une accusation embarrassante de conduite en état d’ivresse, un engagement et la naissance de son premier enfant – 2020 a été une course en montagnes russes pour l’attaquant de Brisbane Joe Ofahengaue.

Le représentant de l’État d’origine du Queensland a été démis de ses fonctions pour les deux premiers matches de la saison NRL après avoir plaidé coupable d’avoir dépassé la limite d’alcoolémie lorsqu’il a été surpris en train de dormir dans sa voiture en janvier.

La crise COVID-19 qui a suivi a retardé sa première apparition en 2020 jusqu’à fin mai, et l’international des Tonga a hâte de commencer.

Le joueur de 24 ans est clairement encore blessé par le drame hors champ et n’a aucun doute qu’il a une dette à rembourser à ses coéquipiers lorsque la LNR reprendra jeudi avec les Broncos accueillant Parramatta au Suncorp Stadium.

« Je les ai laissés tomber en ratant les deux premiers tours et à leur crédit, ils ont fait du super et nous ont valu deux victoires alors maintenant je dois faire mon travail et garder l’énergie », a déclaré Ofahengaue.

« Je ne suis pas nouveau dans les actualités à propos de petits trucs comme ça et celui-ci m’a vraiment fait mal parce que j’avais l’impression de faire du bien et de devenir une meilleure personne et de grandir.

« J’ai eu ce petit hoquet et ça m’a fait un peu mal parce que j’ai une plus grande audience que lorsque j’étais plus jeune, et (il y avait) beaucoup de gens que j’ai laissé tomber.

« Je le sais et je m’en excuse. Maintenant, je suis juste dans un bon état d’esprit. »

Lors de la suspension de la compétition, Ofahengaue et la fiancée Sofi Leota ont salué l’arrivée d’une petite fille, prénommée Mila.

Ofahengaue a déclaré que devenir père l’inspirait déjà pour éviter de nouveaux problèmes hors champ dans sa carrière.

« C’est mon devoir d’être la meilleure personne possible », a-t-il déclaré.

« J’ai une fille qui me regarde et je dois faire tout ce que je peux pour être une bonne personne pour elle. »

©AAP2020