in

“Je ne m’attendais pas du tout à ce que ma carrière se termine”

Patrick Fritsch du Borussia Dortmund est presque devenu le plus jeune joueur allemand de la Ligue Europa – à peine trois ans plus tard, le défenseur central a dû mettre fin à sa carrière pleine d’espoir à l’âge de 19 ans seulement. BVB a ensuite attrapé le joueur de 22 ans.

Dans une interview avec SPOX et Goal, Fritsch parle pour la première fois en détail de son odyssée liée aux blessures et de la bataille difficile physiquement et mentalement contre la fin de sa carrière.

Le double champion d’Allemagne U17 évoque également ses entraînements sous Thomas Tuchel, l’espoir du record de la Ligue Europa et sa situation actuelle.

Monsieur Fritsch, en 2014 et 2015, vous êtes devenu champion d’Allemagne avec le Borussia Dortmund U17 et vous étiez considéré comme l’un des plus grands talents du BVB. Après avoir déchiré les ligaments croisés des deux genoux, vous avez dû mettre fin à votre carrière à l’âge de 19 ans il y a plus de deux ans. Avez-vous déjà parlé publiquement de votre odyssée?

Patrick Fritsch: Il y a deux ans, mais pas encore à l’échelle nationale. Alors je suis curieux. (des rires)

Après la fin de votre carrière, BVB vous a proposé une formation de trois ans que vous suivez actuellement dans le domaine de l’internationalisation. Qu’entend-on exactement par là?

Fritsch: Après mon passage en tant que footballeur, c’est, pour ainsi dire, un recyclage par le biais de l’association d’assurance responsabilité civile des employeurs. En cas d’incapacité de travail, l’association d’assurance responsabilité civile des employeurs est chargée de vous réinsérer dans la vie active. Heureusement, l’offre de BVB en a fait une transition presque en douceur pour moi. Sinon, cela serait allé dans cette direction marketing aussi, mais j’aurais dû m’adresser à des employeurs beaucoup moins attractifs.


Comment êtes-vous parvenu à un accord avec l’association?

Fritsch: J’ai eu des entretiens avec la direction du BVB avec Dario Scuderi, qui a également été gravement blessé. Nous avons réfléchi à la manière dont nous pouvons orienter notre destin dans une direction positive, ce que nous aimons tous les deux et, surtout, aiderait le club. Dans les stages annoncés, je m’intéressais le plus au domaine de l’internationalisation, le marketing y est subdivisé.

Vous y travaillez depuis le 1er août 2018. De quoi vous souciez-vous exactement?

Fritsch: Notre département prépare et réalise tout ce qui concerne les actions de marketing international comme un voyage en Asie ou aux USA. Lorsque des sponsors nous rendent visite à Dortmund, nous préparons la planification du séjour et la mise en œuvre des mesures. Il y a aussi un échange quotidien avec les bureaux de BVB à Singapour et Shanghai, qui communiquent principalement avec nos partenaires d’Asie du Sud-Est et de Chine, pour que je sache à mon tour ce qui les motive et ce qui a du sens lors d’un séjour chez nous. Je passe également par tous les départements du bureau, mais mon objectif principal reste le marketing. C’est très polyvalent et pas un travail de bureau rigide. Je vais aussi à l’école professionnelle deux fois par semaine.

Fritsch, ancien talent du BVB: “Être actif dans le sport est impensable”

Vous faites également partie de l’équipe d’entraîneurs de Dortmund U17. Comment est-ce arrivé?

Fritsch: Quand j’ai décidé de me recycler, Lars Ricken m’a demandé si je pouvais aussi imaginer être entraîneur. À l’époque, cependant, je voulais faire quelque chose de différent pour simplement m’éloigner de tout. Mais j’ai remarqué que le football me manquait et que j’y étais attiré. C’est pourquoi j’ai écrit à l’entraîneur des U17 Sebastian Geppert et lui ai demandé si je pouvais m’asseoir avec lui deux fois par semaine. J’avais de bonnes relations avec lui car je faisais partie de sa première équipe qu’il a entraînée au BVB.

Alors, à quoi ressemble un mardi normal pour vous, dirons-nous?

Fritsch: Cela s’est développé assez rapidement et j’étais donc de retour sur le terrain d’entraînement tous les jours. (rires) Le lien avec l’équipe est simplement beaucoup plus intense afin de pouvoir apporter quelque chose de positif. Maintenant, je commence à travailler au bureau à 8 heures du matin, je termine à 17 heures et la formation commence à 18 heures à Brackel, où je suis impliqué dans les travaux de préparation et de suivi. Je rentre à la maison vers 20h30. Nous n’avons parlé que récemment de mon avenir. Tout le monde chez BVB sait que je suis plus proche du football que du travail de bureau. L’accent sera toujours mis sur la formation, mais à l’avenir, je serai libre de travailler en tant que formateur afin que cela ne prenne plus autant de temps.

Comment est votre état de santé?

Fritsch: Je peux vivre une vie normale sans restrictions et marcher normalement. Par contre, être actif dans le sport et tout ce qui sollicite les jambes est impensable. Faire du vélo ou faire quelque chose pour le haut du corps est possible, mais une longue marche, par exemple, n’est pas une option. Dans les U17, il m’arrive de botter le ballon pendant quelques minutes, mais cela se règle vite, mon principal problème est le cartilage et l’intérieur des deux genoux. On a alors l’impression de frapper une ecchymose avec un maillet en caoutchouc. Lorsqu’il est exercé, les deux genoux gonflent et du liquide se forme dans le creux du genou.

On dit également que vous avez pris quelques kilos grâce à la musculation.

Fritsch: Après avoir pris ma retraite, j’avais sept mois avant le début de la formation. Je ne savais pas quoi faire de moi-même. Il était inconcevable pour moi de ne pas entrer dans cette zone d’entraînement du jour au lendemain. Comme je me suis toujours entraîné de toute façon, je suis simplement allé à Brackel sans me fatiguer les jambes. Un an plus tard, j’étais 25 livres de plus. C’est un beau passe-temps pour moi, mais je ne le fais pas aussi intensément qu’à l’époque.

Fritsch: “Tuchel vient de dire: fais-le comme Dani Alves”

Regardons en arrière: en 2011, vous êtes passé du FC Schalke au département jeunesse du Borussia, où vous avez joué dans les U19 de la saison 2015/16 à seulement 16 ans et vous vous êtes entraîné à plusieurs reprises avec les pros sous Thomas Tuchel. Peu de temps après, vous auriez pu entrer dans l’histoire lorsque Tuchel vous a nommé dans l’équipe professionnelle pour le match de Ligue Europa au PAOK Salonique en octobre 2015. S’il vous avait utilisé là-bas, vous seriez devenu le plus jeune joueur EL allemand de tous les temps. Comment y repensez-vous?

Fritsch: Tout a vraiment commencé avec mon premier match test pour les professionnels contre St. Pauli. Peu de temps avant mon départ, Thomas Tuchel m’a dit que je jouerais depuis le début et en tant qu’arrière droit. Il a juste dit: fais-le comme Dani Alves. Comme je n’ai jamais joué dans cette position auparavant, j’ai passé tout le trajet en bus à regarder des vidéos à ce sujet. Ensuite, tout le monde, moi y compris, était satisfait de ma performance, même s’il manquait encore un peu à Alves. (des rires)

Comment avez-vous su un peu plus tard que vous alliez vous glisser dans l’équipe EL?

Fritsch: Mon entraîneur Hannes Wolf m’a appelé et m’a dit que je devrais prendre le téléphone quand il sonne bientôt. Tu devrais me faire un costume. Au début, je n’ai rien compris, mais ensuite il m’a dit que je prendrais l’avion avec lui pour Thessalonique. Je me souviens à quel point il était difficile d’essayer le costume parce que mes mains tremblaient tout le temps. Dans l’ensemble, je n’ai pas eu le temps de vraiment y penser. Une chose était claire pour moi: si je joue, ce sera contre Dimitar Berbatov.

Dortmund a épargné quelques joueurs pour le prochain match contre le Bayern Munich. Dans votre position de défense centrale, vous n’aviez devant vous que Neven Subotic et Matthias Ginter ce jour-là. À quel point votre espoir secret était-il de battre le record?

Fritsch: Très grand. Pas à cause du record, mais parce que ce voyage a été une confirmation et le premier vrai pas vers un professionnel pour moi. Cela m’inquiétait un peu de ne pas être habitué et j’aurais bien sûr aimé jouer. Pourtant, ce fut l’un des plus beaux moments sportifs de ma courte carrière.

Patrick Fritsch: un aperçu de sa carrière BVB

équipe Jeux compétitifs Déchiré modèles
Borussia Dortmund U17 36 2 1
Borussia Dortmund U19 16 1

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘244276659494854’);
loadJS(“/pub/js/facebook-tracking.js?88”);