in

IBM met un terme à la reconnaissance faciale

Le groupe IBM a déclaré officiellement son retrait du marché de la reconnaissance faciale le 8 juin dans une lettre adressée aux membres du Congrès américain. Il s’oppose également à l’utilisation de ce logiciel à des fins de surveillance ou de profilage racial.

Pourquoi ce retrait ?

Il existe de nombreuses raisons qui font que les logiciels de reconnaissance faciale soient controversés notamment le risque de violations des droits de l’homme et des libertés humaines et la preuve que la technologie n’est pas suffisamment précise pour identifier les personnes de couleur. IBM tente désormais de faire référence à un usage responsable de la technologie pour favoriser la transparence et protéger la communauté. L’IBM en tant que grande entreprise technologique qui considère le gouvernement américain comme un client principal, la décision qu’elle a prise mérite tout de même d’être notée. Toutefois, cette position ne changera pas grand-chose jusqu’à ce qu’une véritable loi sur la reconnaissance faciale soir adopté et mis en vigueur. Mais encore, ce retrait de l’IBM n’empêchera pas la commercialisation et l’utilisation de ces systèmes de reconnaissance faciale. La décision de l’IBM intervient alors que les États-Unis avaient du mal à gérer les manifestations à l’échelle nationale impliquant la mort de George Floyd suite à la violence policière.

Une décision officialisée

IBM abandonne la reconnaissance faciale #Podcast #BonjourLaBase

Le représentant d’IBM a déclaré à Axios que la décision avait été prise en quelques mois et avait été communiquée aux clients, bien qu’il s’agisse de la première mention publique de la décision. IBM a déclaré lundi que « ces produits ne seront plus commercialisés, vendus ou mis à jour », mais elle a précisé qu’en dépit de ces changements, elle soutiendra les clients existants si nécessaire. Dans son propos, le PDG Arvind Krishna affirmait que « IBM ne propose plus de logiciels de reconnaissance ou d’analyse faciale à usage général » ainsi que « IBM s’oppose fermement et ne tolérera pas l’utilisation de toute technologie, y compris la technologie de reconnaissance faciale proposée par d’autres fournisseurs, pour la surveillance de masse, le profilage racial, les violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales, ou tout autre objectif qui ne serait pas conforme à nos valeurs et à nos principes de confiance et de transparence », appelant à de nouveaux efforts pour poursuivre la justice et l’équité raciale.