in

House of Dark Shadows: le film de vampire le plus fou que vous n’ayez jamais vu

Ce moment eureka s’est avéré être le pimpant et suave sans effort Jonathan Frid. Incarné par Barnabas Collins, l’acteur de théâtre canadien a d’abord été embauché pour un seul scénario (un nombre défini d’épisodes) comme le lourd: Barnabas était un vampire ancien et oublié, qui avait été enterré vivant comme le sale petit secret de la famille après une malédiction. condamné à boire du sang en 1795. Maintenant, il était dehors et faisait des ravages en se régalant des habitants et en obsédant Maggie Evans (Kathryn Leigh Scott), dont il était convaincu qu’il était la réincarnation de son amour perdu Josette – une fiancée qui s’est jetée une falaise au 18ème siècle plutôt que de devenir l’épouse du cadavre de Barnabas.

C’était morbide, évidemment, mais aussi romantique à une époque où les vampires étaient définis par la froideur de Christopher Lee ou la maladresse de Scooby Doo. Au lieu de cela, il y avait la créature la plus pitoyable, celle qui ne souhaite pas être un vampire, et par des manières et des courtoisies impeccables, a révélé un amour doux pour la famille Collins, même quand il s’en prenait à eux. Plutôt que de créer un grand méchant, Curtis a inventé par inadvertance un héros tragique vers lequel le public a afflué, à la fois la population cible typique de la journée et aussi, étonnamment, les enfants et les adolescents, qui se précipitaient à la maison après l’école pour se perdre dans un pays mélancolique d’amours éternels. , des malédictions anciennes, et bien sûr des crocs.

Donc Ombres sombres est devenu un mixeur pour tout ce qui est gothique. Suite au succès de l’introduction de Barnabas, la série ajoutera des fantômes, des loups-garous, des séances, de multiples voyages dans le temps et une sorcière particulièrement diabolique du 18ème siècle nommée Angelique (Lara Parker). Il s’est également approprié tous les tropes d’horreur classiques de Bram Stoker, Mary Shelley, les sœurs Brontë et Edgar Allan Poe, et les a synthétisés pour un public qui les consommait maintenant avec des jeux de société et des cartes à collectionner adaptés aux enfants.

Alors pourquoi pas un film aussi? Dès 1968, Curtis a commencé à poursuivre l’idée de faire un Ombres sombres film, même pendant que la série était encore en cours. Finalement, Maison des ombres sombres était le résultat. Sorti il ​​y a 50 ans cette semaine, cet amusement à pleines dents était l’occasion de faire tout ce que Curtis voulait avec la série, mais en était interdit par la censure des normes et pratiques de diffusion, les contraintes budgétaires… et peut-être même le bon goût du public.

«Le sang coule», a observé l’acteur Roger Davis dans The Dark Shadows Companion: Le 25e anniversaire, qui a été édité par Scott. «Ce n’est pas comme la série. Vous avez quelques gouttes de sang et les cuivres du réseau souffrent d’apoplexie. La télévision fait une maquette de la vie. C’est en couleur vivante. Et les vampires mordent vraiment.