in

Greyhound : le retour de Tom Hanks à l’écran

Greyhound Tom Hanks

“Greyhound” est une sorte de canard bizarre – un autre récit de la Seconde Guerre mondiale grâce à Tom Hanks, qui a écrit et produit le film par l’intermédiaire de sa société en plus d’y jouer le rôle principal. Il s’agit d’une représentation solide mais peu spectaculaire de la bataille de l’Atlantique, diffusée sur TV+ au lieu d’une sortie prévue en salle.

Adapté du roman “Le Bon Pasteur” de 1955, le film est librement inspiré d’événements réels, mais il a un côté rétro qui rappelle le bon vieux Hollywood. Hanks joue le rôle d’Ernest Krause, un nouveau capitaine qui dirige un convoi naval de 37 navires transportant des soldats et du ravitaillement vers l’Angleterre en 1942.

Un film haletant


Après une introduction superficielle (il n’y a pas de temps à perdre à 90 minutes), Krause se dirige vers ce que l’on appelle le “Black Pit”, une période de cinq jours pendant laquelle aucune couverture aérienne n’est disponible pour aider les navires sous sa protection à éviter les U-boots allemands en maraude, qui narguent les Américains dans des transmissions aux accents épais.
Le point le plus marquant du film – réalisé par Aaron Schneider – est que l’action se déroule essentiellement dans les limites claustrophobes du navire d’escorte principal, avec seulement des voix entendues des navires voisins alors que le capitaine joue au chat et à la souris avec la meute de sous-marins.

À cet égard, le meilleur point de référence cinématographique pourrait être le film allemand de 1981 “Das Boot”, qui représente une sorte de complément à “Greyhound”, en se concentrant sur l’équipage d’un U-boot. La principale différence est que ce film a été dépouillé de presque toute personnalité.

Les spectateurs ne connaissent pratiquement personne d’autre que le capitaine, et même lui, pas très bien, le charisme personnel de Hanks faisant le plus gros du travail en tant qu’homme dévoué qui veut épouser sa femme au pays (Elisabeth Shue, brièvement), si seulement il peut y arriver.

Stephen Graham (“Boardwalk Empire”) joue le second de Krause et Rob Morgan son fidèle intendant, mais au-delà de cela, les choix sont minces pour le reste des personnes à bord, se limitant à un dialogue militaire laconique et à des expressions tendues en attendant de voir si leur commandant a ce qu’il faut.
Le côté positif, c’est que l’action se déroule à un rythme soutenu, traduisant le péril implacable auquel ces navires ont été confrontés pratiquement dès leur mise en route.