in

Fortnite, l’apparition du personnage bleu

apparition du personnage bleu

Devenu depuis quelques temps, le jeu en ligne le plus populaire dans le monde, FORTNITE a été récemment au cœur de l’actualité avec l’apparition d’un personnage ailé et tout vêtu de bleu.

Nombreux sont les joueurs qui ont ainsi croisés ce curieux personnage dans le jeu qui était en fait, l’avatar d’une association contre la maltraitance des enfants dont le but était de sensibiliser le monde par rapport à la maltraitance que subit beaucoup d’enfants dans le monde.

Grâce donc à l’apparition de ce personnage dans FORTNITE, plus de 350 enfants et adolescents, maltraités ont pu discrètement se confier à de “vrais” adultes durant le confinement.

L’association L’Enfant bleu

Il s’agit comme mentionné plus haut, d’une association contre la maltraitance des enfants qui avait pour but d’alerter le monde face aux conséquences de tels actes envers les mineurs grâce aux jeux vidéo.

Gardée secrète, jusqu’à aujourd’hui, cette expérience avait pour objectif d’après Laura Morin, la directrice de l’association, de venir en aide aux mineurs maltraités : “permettre à l’enfant de parler, et aux adultes de repérer qu’il y a un problème”. Elle a ajouté que “les jeunes n’utilisent pas les mêmes médias que nous les adultes. Nous devons nous adapter et trouver de nouvelles manières d’entrer en contact avec eux”.

C’est ainsi que les bénévoles de l’association ont décidé de rejoindre l’univers de Fortnite avec un avatar qu’ils ont surnommés “Enfant Bleu”, et se sont alors relayés pour le faire “vivre” pendant un mois, tous les jours jusqu’à 22h30.

Bien sûr, en dehors du but du jeu, ce personnage bleu avait pour mission de répondre aux jeunes joueurs connectés en même temps que lui, et qui souhaitaient parler avec de leurs problèmes personnels. Ce fut selon l’association, un succès car en un mois, plus de 1200 enfants et adolescents, de 10 à 17 ans, se sont confiés à l’Enfant bleu.

Toutefois, les enfants étant de nature curieuse, l’association a indiqué que 30% d’entre eux se sont vraiment confiés sur des problèmes graves ou même des situations d’extrême urgence. Qui a pu les orienter vers d’autres structures spécialisées, comme celles luttant contre le harcèlement scolaire par exemple.