in

FANTÔMÉ DANS L.A.VOLUME 1


Fantôme dans L.A.
Crédit: Siobhan Keenan / Cathy Le (BOOM! Studios)
Crédit: Siobhan Keenan / Cathy Le (BOOM! Studios)

Fantôme dans L.A.Volume 1
Écrit par Sina Grace
Art de Siobhan Keenan, Cathy Le et Sina Grace
Lettrage par DC Hopkins
Publié par BOOM! Studios
«Évaluation Rama: 6 sur 10

Prenez-le à quelqu’un qui l’a vécu – déménager sur la côte ouest peut être une chose effrayante. Mais si vous déménagez du Montana pour suivre votre petit ami à l’université de Californie, faites-vous larguer la première semaine, puis tombez sur un ancien domaine rempli des esprits des morts-vivants hollywoodiens?

Crédit: Siobhan Keenan / Cathy Le (BOOM! Studios)

Ce n’est pas seulement devenir fantôme – ça devient Fantôme dans L.A..

Alors que l’écrivain Sina Grace et l’artiste Siobhan Keenan prennent un concept haut gagnant et l’élèvent avec des œuvres d’art vraiment engageantes, il ne suffit pas de couvrir les fissures de la narration qui criblent les fondations du livre. Mais même si les artifices narratifs et le dialogue guindé ralentissent l’élan, Keenan et la charmante œuvre d’art de la coloriste Cathy Le Fantôme dans L.A. vaut le détour, même si cette série ressemble un peu plus à un fixateur-dessus.

L’université n’est pas facile, et lorsque vous ajoutez à la fois du romantisme et du surnaturel au mélange, la courbe d’apprentissage de Daphne Walters s’avère plus raide que ce à quoi on pourrait s’attendre. Semblable à sa caractérisation de Bobby Drake dans Iceman, Sina Grace dépeint Daphné comme une femme autodérision avec une blague de papa prête et une mauvaise décision toujours au coin de la rue. Mais parce qu’elle doit partager les projecteurs avec une foule de fantômes hollywoodiens, Daphné n’a jamais vraiment assez d’espace pour respirer en tant que personnage – que ce soit sous-jacent par son petit ami après avoir déménagé à Los Angeles pour lui ou découvert l’existence des morts-vivants, ces moments n’a jamais d’impact sur l’état émotionnel de Daphné à long terme.

Crédit: Siobhan Keenan / Cathy Le (BOOM! Studios)

Si quoi que ce soit, plutôt que d’explorer l’un de ces rythmes pour leur potentiel dramatique, Grace passe d’un point d’intrigue à un nouveau point d’intrigue, la commodité narrative est sacrément damnée. Parfois, c’est au niveau macro, comme Daphné offrant inexplicablement de rester avec les fantômes au Rycroft Manor hanté et les fantômes acceptant immédiatement; d’autres fois, c’est dû à de petits détails, comme Ronnie qui se présente au Manoir pour un cliffhanger parce que Daphné a oublié de désactiver « partager l’emplacement » dans les textes de groupe. Tout cela se termine par une conclusion étonnamment lourde d’action, mais rien ne semble particulièrement mérité – Daphne n’a pas d’objectifs clairs, elle est donc essentiellement un flipper rebondi par l’intrigue pour des raisons qui ne deviennent jamais vraiment claires.

C’est dommage, car Fantôme dans L.A.Le plus grand potentiel n’est pas les divers pouvoirs sous-développés des fantômes, mais leur vibrance en tant qu’individus. Non seulement le meilleur travail de Grace est les différentes vignettes de trois des résidents de Rycroft, mais en général, l’artiste Siobhan Keenan et la coloriste Cathy Le sont la meilleure partie de cette série. L’expressivité du cartoony de Keenan rappelle Dodge CityDe Cara McGee, et la spécificité qu’elle donne à ses créations fait ressortir chaque personnage. À bien des égards, j’ai l’impression que le meilleur travail de Keenan consiste à voir à quel point Daphne peut être maladroite dans diverses situations, même si elle s’acquitte bien du changement soudain et plein d’action du dernier chapitre. (Par exemple, un panneau d’un personnage tombant d’un panneau pour représenter la chute d’un balcon est un vraiment intelligent Je vous salue Marie pour utiliser l’espace de page de plus en plus limité.)

Crédit: Siobhan Keenan / Cathy Le (BOOM! Studios)

Mais la véritable énergie de Fantôme dans L.A. vient de la coloriste Cathy Le, dont le rendu donne à Keenan juste assez de profondeur et dont les palettes augmentent bien l’intensité. Le est certainement l’arme secrète de ce livre, imprégnant les fantômes d’une sarcelle d’un autre monde tout en jetant des violets et des fuschias vibrants pour amplifier le ton amusant des visuels. Le fait également un double devoir non seulement d’élever les personnages de Keenan, mais de couvrir le manque occasionnel d’arrière-plans avec des doses libérales de couleur électrique.

L’université se sent souvent comme la collision des attentes avec la réalité, et c’est peut-être ce qui m’empêche de donner une recommandation à fond Fantôme dans L.A., par rapport aux nombreux qualificatifs que j’ai mentionnés ci-dessus. Il y a un grand concept haut dans ce livre, et une équipe artistique vraiment excitante – mais cette série passe tellement de temps à essayer de jongler avec ses inspirations variées qu’elle ne rend jamais vraiment justice à aucun d’eux. À la fin de la journée, Fantôme dans L.A.Les moments inspirés par les personnages sont les points forts de ce livre, et si le record de Sina Grace Iceman est une indication, que le succès suivra probablement cette série également. Basé sur le dernier fantôme à apparaître dans la série, le Rycroft Manor est clairement assez grand pour accueillir une variété de sensibilités de lecteur – c’est-à-dire, si cette série peut se concentrer moins sur le spectacle et plus sur les personnages uniques qui l’ont construit dans le premier endroit.