in

Facebook : une dépendance vitale aux PME

Stop FB

Des grandes compagnies comme Coca-Cola ont décidé de boycotter le réseau social. L’impact médiatique sera peut-être grand, mais cela n’affectera nullement le géant des réseaux sociaux.

Effectivement, ce boycott ne concerne qu’environ 6% des revenus supplémentaires de . Car oui, il est difficile pour les PME de se passer de l’audience du réseau de Menlo Park. Et même si des compagnies de renom comme Unilever, Coca-Cola et quelque 160 grosses entreprises ont décidé de suspendre leurs campagnes publicitaires Facebook pour ce mois de juillet. Selon les spécialistes, cela ne devra pas beaucoup affecter les comptes de la compagnie de Mark Zuckerberg.

Un moindre mal pour une entreprise en plein essor

Selon Beth Ellen Egan, professeure à l’université de Syracuse en Italie, spécialiste en publicité, «  globalement, cela ne leur fait pas tant de mal que ça ». Chaque jour, de plus en plus d’entreprises de renom rejoignent la liste des marques qui suspendent la publicité sur Facebook pour protester contre ce qu’elles considèrent comme l’échec du réseau social à stopper la propagation de la haine. Rien que lundi, Adidas (ADDDF), HP (HPQ) et Ford (F) ont ajouté leurs noms à une liste qui comptait déjà Unilever (UL), The North Face, Coca Cola (CCHGY), Honda (HMC) et bien d’autres.

Bien que les abandons des grands noms aient fait chuter le cours de l’action de Facebook et incité les dirigeants à répondre à certaines de leurs préoccupations, il en faudra beaucoup plus pour mettre un terme à l’avalanche de publicité numérique de l’entreprise. Pour beaucoup, cela ressemble à une mise à mort de Facebook, mais à y voir de plus près, ce n’est pas si préjudiciable que cela.

Les plus petits, la force de Facebook

2,6 milliards d’utilisateurs. C’est le nombre de personnes actives qui fréquentent quotidiennement la plateforme sociale. Pour les PME, se passer d’une telle audience reviendrait à se condamner soi-même. Les conséquences financières et économiques de cette démarche engendreraient des couts qui deviendront vite difficiles à supporter.

Un boycott est donc à exclure pour les PME s’ils veulent survivre. Depuis le 26 juin dernier, la cote de Facebook en bourse a baissé un tout petit peu : de 235$ elle est passée à 209$. Si l’abandon des grandes marques a fait chuter le cours de l’action de Facebook et a incité les dirigeants à répondre à certaines de ces préoccupations, il en faudra beaucoup plus pour mettre un terme au poids de la publicité numérique de l’entreprise.

Un moindre mal puisque la tendance est à une hausse aujourd’hui. Facebook a généré 69,7 milliards de dollars de publicité en 2019, soit plus de 98 % de ses revenus totaux pour l’année. Et la plupart de ces dollars publicitaires ne proviennent pas tant d’entreprises comme Starbucks (SBUX) et Coca Cola que de la liste tentaculaire des petites et moyennes entreprises qui utilisent Facebook pour attirer des clients et développer leurs marques.

« Facebook a un nombre énorme de clients annonceurs », a déclaré Nicole Perrin, analyste chez eMarketer. « Ils sont certainement assez dépendants de la longue liste des petits annonceurs ».Même si Facebook est confronté au plus grand boycott des annonceurs de son histoire, le nombre d’annonceurs sur sa plateforme peut protéger l’entreprise de retombées financières trop importantes. En même temps, la question reste ouverte de savoir si de nombreux petits et grands annonceurs peuvent se permettre de rester à l’écart de la puissante plateforme qu’elle a construite pendant très longtemps.