in

F1: Fernando Alonso chasserait les roues de Renault, dans un sens ou dans l’autre


«Une méga course. Ce qu’il a fait est incroyable. »

Le fait que ces mots soient attribués à un lecteur de Fernando Alonso ne surprend pas. Mais ce n’est pas une performance qui a valu au double champion du monde une victoire en course, voire un podium.

Au lieu de cela, l’ancien directeur de course McLaren, Eric Boullier, a fait cette déclaration après que l’Espagnol a terminé septième au Grand Prix d’Azerbaïdjan 2018.

Une collision dans le premier tour a provoqué la McLaren d’Alonso boitant dans la voie des stands sur deux roues avec les deux pneus du côté droit dégonflés, un trou dans le plancher et l’aile avant endommagée.

Comment il a réussi à le ramener au paddock est un mystère en soi.

Alonso a terminé deux places au-dessus de son coéquipier Stoffel Van Doorne et en moyenne une demi-seconde plus rapide par tour dans une voiture qui aurait dû être une demi-seconde plus lente.

Cette course peut être le témoignage ultime de sa remarquable capacité à faire glisser un véhicule inférieur à sa limite, puis à certains.

Donc, si un troisième passage avec Renault est maintenant sur les cartes, sa capacité à marquer des points pour une équipe qui est au milieu d’une intense bataille au milieu de terrain tout en traversant une période de transition pourrait s’avérer inestimable.

Sebastian Vettel quittant Ferrari à la fin de la saison a déclenché une chaîne d’événements qui a en quelque sorte rouvert la porte à un improbable retour d’Alonso en Formule Un… encore.

Lorsque The Prancing Horse a annoncé que Carlos Sainz Jr. serait le remplaçant de Vettel, Daniel Ricciardo a accepté de prendre place à McLaren. Cela a laissé une place à Alonso chez Renault aux côtés du nouvel Esteban Ocon.

Le joueur de 38 ans apporterait une richesse d’expérience à la table qui pourrait compléter l’exubérance juvénile d’Ocon et il conduirait presque certainement les roues de sa Renault.

D’un autre côté, il est également tout à fait capable de chasser complètement les roues de Renault.

Bien que cette conduite à Bakou ait été un moment fort de son temps avec McLaren, c’est une entreprise largement infructueuse. L’équipe a eu du mal sur tous les fronts et a eu des problèmes majeurs pour mettre en œuvre le moteur Honda.

La nature compétitive d’Alonso, ses normes élevées et sa personnalité exigeante ont rapidement créé une relation toxique entre l’équipe et le pilote.

Il est parti parce qu’il n’avait pas de voiture qui lui permettrait de concourir et aller chez Renault maintenant pourrait bien signifier faire face à des limitations similaires.

Pendant ce temps, accueillir un chauffeur considéré comme l’un des meilleurs de tous les temps ne sera pas bon marché non plus et compte tenu du climat actuel, il peut être plus prudent pour Renault de réorienter les fonds qui seront libérés du départ de Ricciardo.

La meilleure façon de garantir cela est de profiter enfin du talent de leur académie. Guanyu Zhou et Christian Lundgaard sont des candidats viables, l’ancien ayant terminé septième du Championnat F2 de l’année dernière.

Alternativement, Renault pourrait même se tourner vers Pierre Gasly dont les chances d’être promu de Torro Rosso à Red Bull à l’avenir sont minces. Cela ferait une composition entièrement française qui serait probablement bien reçue par les sponsors tout en étant un duo prometteur.

Mais que Renault, et le directeur de l’équipe Cyril Abiteboul en particulier, le veuillent ou non, le meilleur remplaçant de Ricciardo est Nico Hulkenberg [aka Mr. Collateral Damage].

Forcé après trois ans avec l’équipe pour faire de la place à Ocon, l’Allemand serait l’option la plus fiable tout en offrant expérience, continuité et talent avéré à un taux raisonnable – malgré toute amertume résiduelle.

Que la tenue française soit prête à endurer le cauchemar des relations publiques qui pourrait résulter de la nouvelle signature de Hulkenberg est une autre affaire.

En termes de pure excitation et de valeur de divertissement, un retour d’Alonso reste aussi attrayant que controversé.

Mettre un autre champion du monde sur la grille, surtout si Vettel s’éloigne complètement, profite à la F1 en tant que produit.

La productivité de Renault peut cependant être discutée.

En savoir plus sur l’application Sport360