in

Examen de sa maison | Repaire de geek

Le scénario de Felicity Evans, Toby Venables et Remi Weekes décrit Bol et Rial comme des personnages naturels et humains qui sont loin d’être parfaits. Ils sont égoïstes et refusent catégoriquement de s’approprier pleinement leurs actions, à tel point que la maison ressemble plus à une prison qu’à un havre de paix.

L’atmosphère autour de ces deux-là est sombre. L’humidité grise de Londres rend les simples voyages chez le médecin peu propices. Chaque interaction avec un autre humain est intimidante, ce qui oblige Bol et Rial à se confiner à la maison. Nulle part où ils vont est sûr parce qu’ils ne peuvent échapper aux mensonges inventés dans leur tête, peu importe où ils vont. Mosaku et Dirisu sont des acteurs exceptionnels qui donnent des performances émotionnelles et suivent le rythme de l’intrigue.

La partition inquiétante amplifie le sentiment de terreur car le film est suffisamment conscient de lui-même pour savoir que ces deux-là ne méritent aucune paix, même pas de la musique et des sons. Ajoutant à l’ambiance effrayante du film, des scènes entre leur évasion du Soudan, la maison et leur subconscient se mélangent toutes pour désorienter le spectateur. Le spectateur ne peut pas évaluer où il se trouve dans l’histoire, ce qui contribue en outre à intensifier l’horreur.

C’est le troisième acte où quelques problèmes commencent à se présenter. Une révélation émotionnelle majeure doit rivaliser avec l’introduction d’une entité surnaturelle qui écarte son impact. Le film est ensuite précipité vers une conclusion avant que les personnages ou le public ne puissent traiter ce qu’ils ont appris. Cela a rendu difficile de décider de la sincérité des personnages et si Bol et Rial ont vraiment appris de leur expérience. Peut-être que cela n’est pas censé être pris à la lettre, car il est clair que les personnages sont des remplaçants pour différentes étapes du deuil.

Voir aussi  Kim Kardashian West transforme sa maison en une araignée terrifiante pour Halloween

Weeks a mis en évidence les dangers d’être un réfugié et de l’immigration et vu à travers une lentille d’horreur. Le film explore comment un couple marié gère la coexistence des horreurs extérieures de la guerre avec les horreurs subconscientes de l’agonie et du deuil. Le remords est une lourde croix à porter. Les choses qui affligent l’esprit doivent être traitées rapidement pour le libérer de tout sentiment persistant d’angoisse. Alors que Bol et Rial regardent l’avenir avec espoir, ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde. Avec les niveaux effroyables de xénophobie qui sévissent dans le monde, les histoires d’immigrants sont extrêmement importantes à transmettre dans toutes les formes de médias, en particulier au cinéma.

Written by Jérémie Duval

Kevin Hart a trollé Dwayne Johnson à cause de sa récente blessure au gymnase, bien sûr

Eintracht Francfort – SV Werder Brême 1: 1: Le Werder a raté la place du CL à l’anniversaire de Kohfeldt