in

Événement phare de la Professional Fighters League en Arabie saoudite

La Ligue de combat professionnelle

Tout ce qu’il faut pour se faire un nom dans les sports de combat est de marquer une surprise.

Au fil des ans, nous avons tous vu des combattants entrer dans la cage, attraper un adversaire qui les regardait et se retrouver du mauvais côté du combat.

Dans la Professional Fighters League, cela peut se produire n’importe quelle nuit et depuis n’importe quel endroit du chapiteau.

En tant que seule promotion MMA à organiser des événements de saison régulière, de séries éliminatoires et de championnats, la PFL présente tout devant à la fois le combattant et le fan. Gagnez et vous passez au tour suivant – et faites un pas de plus vers la réalisation du salaire le plus riche du sport: un million de dollars.

C’est un chiffre qui concerne tous les combattants de n’importe quel pays. Et c’est l’une des principales raisons pour lesquelles la PFL a une saveur internationale distincte parmi sa liste d’athlètes de classe mondiale, notamment Kayla Harrison, Rory MacDonald et Ray Cooper III.

Pour clore la dernière saison d’action, la PFL a organisé sa soirée de championnat avec six gagnants d’un million de dollars à New York et à la Mecque du sport, le Madison Square Garden. Comment y parviendront-ils?

Et l’Arabie saoudite?

Au fil des ans, le royaume du Moyen-Orient a accueilli des événements tels que le match revanche du championnat de boxe poids lourd entre Anthony Joshua et Andy Ruiz Jr., ainsi qu’une poignée d’événements de la WWE intitulés Crown Jewel et même l’icône du football Cristiano Ronaldo dans la Supercoppa Italiana en 2019.

Avec des mesures avancées sur les médias sociaux et une technologie supérieure à l’intérieur de la cage, PFL serait en mesure de présenter un spectacle pas comme les autres devant le monde depuis l’Arabie saoudite.

En savoir plus sur l’application Sport360

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function()
{n.callMethod? n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)}
;
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window,document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘860081330738247’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);
fbq(‘track’, ‘ViewContent’);
jQuery(document).ready(function () {
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s);
js.id = id;
js.async = true;
js.src = « https://connect.facebook.net/en_US/sdk.js#xfbml=1&appId=1892660097624150&version=v2.0 »;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
$( document ).ready(function() {
$.ajax({
url: ‘/ajax/nextarticleajax’,
type: ‘POST’,
data: {cat: 1674, id: 345208, count: 2, ajax: true},
error: function(xhr,tStatus,e){
if(!xhr){
console.log(‘ We have an error ‘+tStatus+’ ‘+e.message);
}else{
console.log(‘else: ‘+e.message);
}
},
success: function(resp){
$(‘.ajax_article’).html(JSON.parse(resp).main);
}
});
});
});