in

Equipe – Florian Neuhaus dans une interview: « Au début, mes parents ont juste crié dans le téléphone »

Ses parents ont parcouru une distance de 120 kilomètres pour chaque séance d’entraînement à 1860 Munich afin de rapprocher un peu plus son rêve d’être un footballeur professionnel – et son père était un fan du Bayern. A 23 ans, Florian Neuhaus n’est pas seulement un joueur chevronné de Bundesliga, il a aussi récemment porté le maillot de l’équipe nationale allemande. Avant son deuxième match international contre la République tchèque (à partir de 20h45 sur LIVETICKER) il raconte SPOX et Objectif de son chemin.

Dans l’interview, le milieu de terrain du Borussia Mönchengladbach parle également de ses relations avec Corona et de ses premières expériences en Ligue des champions. Neuhaus explique également pourquoi, malgré son passé, il n’exclurait pas un déménagement au Bayern en 1860.

M. Neuhaus, le football doit être joué à Leipzig ce soir. Ces derniers jours, la ville a fait l’objet d’une manifestation anti-corona par des soi-disant «penseurs latéraux». Qu’est-ce qui vous a traversé la tête quand vous en avez entendu parler?

Florian Neuhaus: Chacun doit décider par lui-même s’il aime ou non quelque chose comme ça. Je pense que nous devons suivre les règles pour nous protéger et protéger ceux qui nous entourent. Ce virus n’est pas à prendre à la légère. Nous avons ici quelques joueurs avec l’équipe nationale qui étaient déjà infectés. Ilkay Gündogan, par exemple. Il nous a également dit que nous ne devrions sous-estimer Corona en aucune circonstance. Nous, footballeurs, bénéficions de toute façon d’un privilège incroyable de pouvoir continuer à pratiquer pleinement notre profession en ces temps. C’est pourquoi il est d’autant plus important pour nous d’être de bons modèles et de suivre les concepts de sécurité.

Vous êtes sur le point de disputer votre deuxième match international pour l’équipe nationale senior. Vous avez couronné vos débuts le 7 octobre 3: 3 contre la Turquie, avec un but.

Neuhaus: En tant que petit garçon, j’ai applaudi les joueurs nationaux devant la télévision. Lorsque vous vous tenez soudainement là-bas et que l’hymne retentit, un rêve d’enfant devient réalité. La porte a rendu cette journée spéciale encore plus spéciale.

Comment avez-vous appris votre nomination et quelle a été votre réaction?

Neuhaus: L’entraîneur national m’a appelé. J’ai alors contacté directement mes parents pour vous le dire. Ils ne pouvaient pas vraiment y croire et au début, ils ont crié de joie dans le récepteur.

Florian Neuhaus: « Cela n’a pas toujours été facile pour mes parents »

Comment est ta relation avec tes parents?

Neuhaus: Très serré. Je leur suis très reconnaissant car ils m’ont soutenu dès le premier jour et m’ont accompagné intensément sur mon chemin, ce qui n’était pas acquis. Je me souviens encore comment ils m’ont toujours conduit de chez nous à Landsberg am Lech à Munich pour m’entraîner en 1860. 60 kilomètres là-bas, 60 kilomètres retour. Presque tous les jours. Cela n’a pas toujours été facile pour elle non plus. C’est pourquoi c’est d’autant plus agréable d’avoir fait partie de l’équipe nationale.

Cependant, l’image du DFB-Elf a beaucoup souffert ces dernières années. Souvent la signification des matches internationaux est remise en question, encore plus dans des temps serrés comme ceux-ci. Que pensez-vous du lourd fardeau?

Neuhaus: Je ne pense pas que ce soit mal que nous jouions si souvent. Je préfère jouer que m’entraîner. Et l’équipe nationale est et restera quelque chose de spécial pour chaque footballeur. Nous avons beaucoup de jeunes joueurs ici qui sont très fiers de pouvoir jouer pour leur pays. Personnellement, j’attends avec impatience chaque test match car cela signifie que je peux continuer à me développer. Et c’est de cela qu’il s’agit pour nous, joueurs: nous voulons nous développer davantage. Cela se fait mieux à travers des jeux, à travers un sentiment d’accomplissement. Ils soudent une équipe ensemble. Cela crée également un esprit d’équipe.

N’est-ce pas difficile lorsque vous ne vous rencontrez que tous les quelques mois et que vous ne passez pas beaucoup de temps ensemble sur ou en dehors du terrain?

Neuhaus: Certains d’entre nous se connaissent. En raison de Corona, nous ne pouvons pas échanger d’idées en grands groupes, mais des conversations entre joueurs individuels sont possibles à distance et avec un masque. Par exemple, j’ai beaucoup parlé avec Felix Uduokhai pendant les jours. Nous nous connaissons depuis l’âge de dix ans et ensemble nous avons traversé toutes les équipes de jeunes à 1860. En général, je dois dire que nous avons de bons gars dans l’équipe. En fin de compte, bien sûr, il s’agira d’acquérir un sentiment d’accomplissement sur le terrain. Mais là aussi, je nous vois sur la bonne voie. Lorsque chaque individu utilise ses forces et que nous formons une unité compacte, nous sommes mal à l’aise pour chaque adversaire dans le monde.

Florian Neuhaus: EM? « Je ne me rends pas fou »

En ce qui concerne les nominations EM dans l’année à venir, il devrait également y avoir une certaine concurrence dans l’équipe. Comment gérez-vous cela?

Neuhaus: Je ne me rends pas fou. Nous vivons dans une pandémie et il est tout simplement inutile de regarder vers l’avenir. Je me concentre sur les jeux à venir.

Vous pouvez également vous recommander via votre club – comme plus récemment en Ligue des champions avec des matchs contre le Real Madrid, l’Inter Milan et le Shakhtar Donetsk.

Neuhaus: Pour des jeux comme celui-ci, vous devenez footballeur. Le sentiment de rivaliser avec les meilleures équipes d’Europe est spécial. Et quand vous réalisez que vous pouvez suivre de telles équipes et même gagner ou presque gagner, c’est encore mieux.

Vous avez le sentiment que quelque chose se crée à Mönchengladbach.

Neuhaus: Nous avons de très bons gars, un excellent entraîneur et nous sommes mal à l’aise de jouer en équipe. Mais cela s’applique également aux autres équipes allemandes. Si vous voyez aussi les résultats du Bayern, Dortmund ou Leipzig, vous devez dire: le football allemand n’a pas besoin de se cacher dans la comparaison internationale. La Bundesliga est une ligue forte.

Vous avez mentionné votre entraîneur Marco Rose. Il est connu pour mettre beaucoup l’accent sur la tactique. Comment vous a-t-il fait avancer à cet égard?

Neuhaus: Comme l’entraîneur national, il est très communicatif et donne beaucoup de retours à ses joueurs. Tactiquement, mon transfert au poste de six a été crucial. Avant ça, je jouais un peu plus offensivement, parfois sur le huit ou sur le dix. C’est bien pour mon jeu d’avoir plus d’actions dans la configuration du jeu. Néanmoins, je peux encore avancer moi-même, jouer l’avant-dernière ou la dernière passe et aussi essayer de finir moi-même. Cela correspond à mon profil de joueur.

Florian Neuhaus: FC Bayern? « Je ne veux pas m’engager »

Si vous regardez votre carrière jusqu’à présent: avez-vous tout fait correctement lorsque vous avez déménagé de Munich à Mönchengladbach en 2017?

Neuhaus: Le déménagement à Mönchengladbach était parfait. Au début, ce n’était pas facile d’être si loin de chez soi, mais ça s’est bien passé dès le début. Le prêt à Fortuna Düsseldorf m’a également aidé car j’ai eu beaucoup de missions. Maintenant, je suis heureux d’avoir autant de parties du jeu au Borussia.

L’année dernière, il y avait des rumeurs sur vous et un retour à Munich. Il a été dit que l’entraîneur du Bayern de l’époque, Niko Kovac, était très intéressé par vous. Penseriez-vous même passer à FCB à cause de votre passé de « lion »?

Neuhaus: Je ne veux pas m’y engager. Le FC Bayern est un grand club. J’ai également fait la connaissance de quelques gars du Bayern en équipe nationale qui ne parlent que positivement du club. Mon père est aussi un grand fan du Bayern. Mais je suis un joueur du Borussia Mönchengladbach et je ne me concentre sur rien d’autre.

Florian Neuhaus dans un profil

née 16 mars 1997 à Landsberg am Lech
Taille 1,83 m
Poids 75 kilogrammes
Position milieu de terrain central
pied fort droite
Stations VfL Kaufering (2003-2007), TSV 1860 Munich (2007-2017), Fortuna Düsseldorf (2017-2018), Borussia Mönchengladbach (depuis 2018)
Matchs en Bundesliga / buts / passes décisives 69/7/11

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘244276659494854’);
loadJS(« /pub/js/facebook-tracking.js?88 »);