in

Disco Demolition Night: des fans racistes et homophobes ou simplement du rock s’amusant?

Années 70 | 13 juillet 2020

Le disc-jockey américain Steve Dahl (au centre, tenant un casque) pose avec des membres de la foule lors d’une promotion anti-disco au Comiskey Park, Chicago, Illinois, le 12 juillet 1979 (Getty Images)

De nombreux amateurs de musique vous diront que la discothèque est morte le 12 juillet 1979. Elle a été assassinée par un choc jock trop zélé, un brillant promoteur et plusieurs milliers de fans de rock enragés sur le terrain de Comiskey Park, domicile des White Sox de Chicago. Alors que beaucoup voient la tristement célèbre Disco Demolition Night comme un simple coup de publicité pour se moquer de la fracture entre deux genres de musique, d’autres se remémorent cet événement et se demandent si c’était le cas. vraiment la musique ces hordes de mousse avaient un problème avec.

La musique disco était populaire auprès de la communauté noire dans les années 1970. (busboysandpoets.com)

Rock contre disco

Pendant des décennies, le rock and roll a régné sur les ondes. Alors que c’était nouveau et controversé (et, accessoirement, moins de blanc) à ses débuts, au moment où les Beatles ont conquis le monde, il était devenu carrément la langue des hommes blancs. Au même moment, les audiophiles noirs et latinos ont commencé à affluer dans les clubs de danse de New York. Contrairement aux mégastars du rock and roll, les artistes derrière le nouveau son émergeant de ces clubs étaient de race, de sexe et de tout le reste. À la fin des années 1970, l’engouement pour le disco avait balayé le pays. En vedette dans plusieurs films très populaires, notamment Fièvre du samedi soir, la musique disco prenait de l’ampleur.

Steve Dahl n’aimait vraiment pas la musique disco. (wbez.org)

Entre Steve Dahl

Les amateurs de musique des années 1970 étaient divisés selon ces genres. Le DJ radio de Chicago Steve Dahl, l’un des premiers animateurs de radio et proto-choc, a utilisé sa plate-forme pour creuser encore plus le fossé entre le rock et le disco. Comme beaucoup de fans de rock de la fin des années 1970, Dahl considérait la musique disco comme inauthentique et parlait fréquemment de son mépris pour les boules disco brillantes, les costumes trois pièces blancs et les médaillons surdimensionnés. Sa rhétorique l’a fait renvoyer d’au moins une station de radio, mais cela n’a pas ralenti sa haine. Dahl a qualifié le disco de “maladie” et a estimé que sa mission était de l’éradiquer.

Mike Veeck était le cerveau derrière Disco Demolition Night. (espn.com)

Disco et baseball

À la fin des années 1970, les White Sox de Chicago appartenaient à Bill Veeck, un homme d’affaires astucieux qui savait attirer de grandes foules. Il avait l’habitude d’organiser des événements promotionnels étranges et provocants sur le terrain des White Sox, à Comiskey Park, mais en 1979, la foule diminuait. Veeck et son fils, Mike, le directeur adjoint de l’équipe chargé des promotions, ont décidé qu’ils avaient besoin de quelque chose de grand pour raviver l’intérêt de la ville pour le baseball. En l’occurrence, Mike Veeck était un auditeur fréquent de Dahl, qui avait récemment quitté une station de radio de Chicago quand elle est passée au format disco pour une station de rock rivale.

Steve Dahl détestait le disco, mais certaines personnes prétendent qu’il n’était qu’un homophobe raciste. (aeon.co)

Death To Disco

Dahl avait un gadget qu’il utilisait pour signaler le début de chaque quart de travail. Il a commencé à jouer un disque disco, mais au bout de quelques secondes, les auditeurs ont entendu le son de l’aiguille grattant sur le disque, suivi du son d’une explosion, tandis que Dahl chantait “Death to disco!” Dahl avait même commencé à organiser des soirées “Death to Disco” dans les boîtes de nuit de la région. Lors de ces événements, le DJ scandaleux a brisé des albums disco tandis que les fans scandaient “Disco sucks!” et “Mort au disco!”

Une grande explosion a secoué le champ central. (curbsidesplendor.com)

Une idée folle

Un jour, après avoir terminé son quart normal tôt le matin à la station de radio, Dahl a été confronté à Mike Veeck. «J’ai une idée folle», dit-il au DJ. “Écoutez-moi.” Il a présenté son plan pour que Dahl organise une soirée de démolition disco à grande échelle lors d’un prochain double programme le 12 juillet 1979 à Comiskey Park. Veeck a suggéré de baisser le prix d’entrée au jeu à seulement 98 cents pour chaque participant qui apportait un disque disco avec eux, qu’il voulait que Dahl fasse exploser pendant la pause entre les matchs. Dahl a accepté et a immédiatement commencé à promouvoir l’événement sur son émission de radio.

Plus de 7 000 personnes ont pris d’assaut le champ. (riotfest.com)

Ventilateurs hors de contrôle

Le jour du double titre, plus de 48 000 personnes bondé dans Comiskey Park. C’était bien au-dessus du nombre approximatif de présence dont Veeck avait discuté avec la sécurité, et il était clair d’après tous les vinyles qu’ils transportaient qu’ils n’étaient pas là pour bons sports à l’ancienne. Incapables de contenir leur excitation jusqu’à la pause, beaucoup d’entre eux ont jeté leurs stocks sur sur le terrain lors du premier match et a scandé “Disco suce!” si fort qu’il a noyé les annonceurs.

Steve Dahl a incité la foule. (chicagotribune.com)

Guerre sur disco

Alors que les White Sox et leurs adversaires, les Tigers de Detroit, se retiraient dans leurs abris respectifs pour se préparer au deuxième match, Dahl se rendit sur le terrain dans une jeep militaire, vêtu de vert militaire et d’un casque. Il était clairement prêt à entrer en guerre contre le disco, mais cela ressemblait plus à un massacre. Il a rallié les spectateurs avec ses sentiments anti-disco, et bien qu’il ait affirmé plus tard qu’il n’avait pas pensé à préparer un discours, ses paroles étaient assez puissantes pour fouetter la foule dans une frénésie presque.

Des policiers antiémeutes à cheval ont été appelés pour disperser la foule. (chicagotribune.com)

Mayhem éclate

Comme Dahl a conclu: «Nous, les rockeurs, nous résisterons et nous triompherons», il fit signe à une grande boîte remplie de disques disco qui avaient été amenés au centre du terrain. Un fusible a été allumé et un instant plus tard, une explosion massive a secoué la foule. Des bouts de vinyle ont volé dans les airs, un cratère fumant est apparu dans le sol et le chaos a éclaté. Les fans de disco ont jeté des canettes de bière, des pétards et des bombes à la cerise sur Dahl, tandis que les ennemis du disco ont jeté plus de disques sur le terrain. Plus de 7 000 personnes se sont précipitées sur le terrain et le personnel de sécurité inadéquat n’a pas pu les arrêter. Ils ont arraché les bases et le monticule du lanceur, jeté des éclats de vinyle dans les airs, arraché des morceaux de gazon et brûlé des bannières et des pancartes.

Des responsables des White Sox et des Tigers ont tenté de calmer la foule, et même des agents anti-émeute de la police à cheval ont été appelés, mais cela n’a servi à rien. Même s’ils pouvaient 86 plus de 7 000 personnes, le terrain avait subi tellement de dégâts qu’il était injouable. Les White Sox ont été contraints de renoncer au deuxième match aux Tigers, marquant seulement la quatrième fois qu’une équipe a dû renoncer à un match à l’ère moderne du baseball majeur.

Disco Demolition Night est crédité de mettre fin à l’engouement disco. (thechicagoambassador.wordpress.com)

Percussions racistes

Dans les années qui ont suivi Disco Demolition Night, les gens ont affirmé que Mike Veeck et Steve Dahl avaient des motivations plus sinistres. Parce que le disco était le genre musical préféré des communautés noire, latino et gay, ils affirment que Veeck et Dahl tentaient de réprimer les voix des minorités. Veeck a contesté cette affirmation, insistant sur le fait que l’événement “avait simplement à voir avec le choix entre le rock et le disco. Nous nous amusions juste.” Dahl a ajouté: “Je comprends maintenant qu’il y avait une scène disco gay underground, mais je n’étais pas au courant de cela à l’époque. Nous ne connaissions pas les origines du disco. Pour nous, il s’agissait de Fièvre du samedi soir. “

Tags: années 1970 | baseball | musique | racisme

J’aime ça? Partage avec tes amis!