in

Détruire tous les humains – Un remake fidèle ne peut pas dissimuler un design archaïque

Détruire tous les humains - Un remake fidèle ne peut pas dissimuler un design archaïque


Au cours des dernières années, de nombreux jeux classiques ont été ramenés en grand sur PlayStation 4. Que ce soit Crash Bandicoot, Spyro the Dragon ou Shadow of the Colossus, nous avons eu droit à de superbes remakes qui n’apportent pas seulement les visuels à jour, mais aussi leur donner une sensation de modernité. Destroy All Humans est le dernier titre à être relancé de cette manière, mais il n’est malheureusement pas dans la même ligue que les exemples mentionnés ci-dessus.

Il s’agit d’une reconstitution complète du titre PS2 du même nom, âgé de 15 ans. Le jeu vous voit contrôler un extraterrestre agressif nommé Crypto alors qu’il envahit l’Amérique dans les années 1950. Inspiré des films B de science-fiction de l’époque, il vous met dans les bottes de l’antagoniste, livrant son histoire avec un sens de l’humour ironique. Le gameplay se résume à, eh bien, détruire les humains, que ce soit avec des pouvoirs psychiques ou un arsenal d’armes d’un autre monde.

Si vous avez joué et aimé l’original en 2005, il y a de fortes chances que vous aimiez ce remake aussi. Il colle très étroitement au matériel source, que les fans apprécieront, mais il y a quelques changements intelligents dans la façon dont il joue. Les commandes ont été complètement révisées et constituent certainement une amélioration par rapport à l’original. Vous pouvez également désormais combiner des pouvoirs et des armes, en utilisant les deux simultanément pour une destruction plus efficace. Certaines restrictions ont également été levées; il n’y a maintenant aucune limite aux capacités psychiques de Crypto, et vous pouvez maintenant extraire l’ des humains tout en pilotant la soucoupe volante.

Ces mises à jour, ainsi que de nouvelles manœuvres évasives comme un tableau de bord et la possibilité de «patiner» sur le sol, visent à rendre le jeu nouveau. Malheureusement, bien que les modifications apportées au gameplay améliorent l’expérience dans une certaine mesure, le jeu ressemble à une relique du passé. C’est un remake fidèle, mais c’est à son détriment dans certains domaines. En particulier, la conception de missions, l’IA, l’animation et les cinématiques semblent toutes anciennes.

Le problème avec Destroy All Humans est que ce n’était pas un jeu incroyable au départ, et ses problèmes apparaissent encore plus clairement en 2020. Les pics de difficulté sont monnaie courante, la furtivité est à moitié cuite et l’histoire se sent décousue. Nous avons dépassé les choix de conception à l’ancienne comme les limites de temps sur les objectifs, les ennemis qui génèrent à l’infini et les segments insta-fail, mais ils sont tous ici en abondance. Certes, il s’agit d’un remake d’un jeu assez ancien, mais on aurait pu faire davantage pour moderniser les missions et fluidifier l’expérience.

Donc, les missions d’histoire ne sont pas géniales, mais qu’en est-il de l’itinérance gratuite? Il y a six petits bacs à sable dans lesquels vous pouvez courir pour semer le chaos, et il y a absolument du plaisir à avoir. L’humanité est votre jouet; vous pouvez lire dans leurs pensées ou prendre leur apparence pour marcher parmi eux, mais ce n’est pas l’attraction principale. Lancer des personnes et des objets avec une psychokinésie, utiliser des armes extraterrestres pour les vaporiser ou en extraire l’ADN de Furon en faisant sortir le cerveau de leur crâne – c’est un plaisir insensé, à pied ou dans la soucoupe. Au fur et à mesure que vous causez plus de chaos, des ennemis plus puissants apparaîtront, mais vous êtes plus qu’un match pour ces humains chétifs – en particulier avec certaines améliorations. Il y avait des améliorations pour les armes et les capacités de Crypto dans l’original, mais il y en a beaucoup plus dans le remake. Une fois que vous les avez tous, vous êtes pratiquement imparable.

Bien sûr, cette violence sans but ne durera que si longtemps, il est donc bon que les défis reviennent. Dans chaque bac à sable se trouvent quatre défis, tels que l’enlèvement, où vous devez lancer des objets spécifiques dans un énorme faisceau, ou Armageddon, où vous devez causer autant de dégâts que possible dans le temps. Ces missions optionnelles sont très bien et ajoutent un intérêt supplémentaire nécessaire aux emplacements autrement assez vides.

Visuellement, le jeu est bien sûr un grand pas en avant par rapport au titre PS2, mais il ne va impressionner personne. Crypto et sa soucoupe ont l’air bien, et il y a de jolis détails environnementaux, mais c’est par ailleurs assez incohérent; les caractères humains sont particulièrement pauvres. La qualité audio n’est pas non plus excellente. Le dialogue est le pire contrevenant, avec des voix apparemment soulevées de l’original sonnant toutes compressées en conséquence. Il y a d’autres problèmes de présentation, comme les transitions vers et depuis la soucoupe étant extrêmement rapides, et les fondus constants vers le noir interrompant les choses pendant les missions.

Un autre choix bizarre est que vous êtes renvoyé au vaisseau mère après avoir terminé une mission. Dans l’original, vous terminiez une mission, puis vous seriez mis en mode bac à sable pour pouvoir continuer à jouer. Cela nous semble un étrange pas en arrière. Vous pouvez revenir en itinérance libre après la mission, mais cela signifie que vous devez vous asseoir sur un autre écran de chargement pendant que vous ouvrez la carte dans laquelle vous vous trouviez.

Nous sommes sûrs que les plus grands fans de Destroy All Humans vont adorer cette version. C’est vraiment amusant de jouer comme un extraterrestre espiègle, et les améliorations apportées au gameplay signifient que le remake est une amélioration globale. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour que le jeu se démarque à nouveau. Plus que d’autres remakes, vous pouvez vraiment ressentir les années sur celui-ci.

Conclusion

Destroy All Humans est une bonne tentative pour ramener le classique culte en 2020, mais il rate la cible dans quelques domaines clés. Bien qu’il y ait quelques améliorations intéressantes au gameplay de base, elles ne font pas assez pour sauver la conception de mission à l’ancienne et les pics de difficulté. C’est dommage, car il y a du plaisir à trouver ici – il vous suffit de supporter beaucoup de bagages de l’ère PS2. Les fans seront ravis, mais ce remake n’est guère hors de ce monde.