in

«Dans le passé, je me servais souvent à la ferme»

Sasa Kalajdzic est l’une des surprises positives de la saison de Bundesliga en cours à la surprise positive du VfB Stuttgart. Avant le match contre le FC Bayern Munich (samedi, 15h30), l’attaquant autrichien de 23 ans s’exprime dans une interview SPOX et Goal sur son cheminement de carrière inhabituel, sa vulnérabilité aux blessures – et les leçons apprises.

Kalajdzic raconte également des difficultés avec le mot espagnol « desafortunadamente », des combats de boules de neige dans la patrie de ses grands-parents, la Bosnie-Herzégovine, jouant au basket avec Gregor Kobel et une visite à Liverpool.

M. Kalajdzic, après huit jours de match, vous êtes huitième avec le VfB Stuttgart et six points sur le buteur personnellement. Dans quelle mesure êtes-vous satisfait de la saison jusqu’à présent?

Maintenant Kalajdzic: Nous sommes généralement satisfaits en équipe, mais un ou deux matchs auraient pu se passer encore mieux. En fait, il y en aurait eu plus. Je ne m’attendais pas à ce que les choses se passent aussi bien pour moi personnellement après ma longue pause pour blessure.

Vous mentionnez votre déchirure du ligament croisé de la saison dernière. Après une fracture métatarsienne en 2017/18 et une rupture ligamentaire syndesmotique en 2018/19, c’était la troisième blessure grave de votre jeune carrière. Qu’est-ce qui a causé ces blessures chez vous?

Kalajdzic: Mon ligament croisé s’est déchiré en duel, c’était de la malchance. Les deux autres blessures se sont produites sans aucune influence extérieure, donc je suis au moins partiellement responsable. Peut-être qu’ils ne se seraient pas produits si j’avais pris mieux soin de moi à l’époque. Bien sûr, c’est amer quand on est blessé – mais c’est le seul moyen d’avoir une réelle impression de son corps. Après mon expérience avec les blessures, je travaille maintenant beaucoup plus consciemment: j’ai appris que je dois bien prendre soin de mon corps, faire plus que m’entraîner en équipe et ne jamais dévier de mon programme de fitness personnel pendant une seule seconde.

Voir aussi  Leicester, inspiré de Vardy, fait un autre bon départ pour l'EPL - Football

Pensez-vous que votre taille vous rend plus sujet aux blessures que les autres joueurs?

Kalajdzic: Je suis très grand, mais physiquement pas le plus fort. Par conséquent, de grands leviers agissent sur mon corps. Peut-être que cette combinaison me rend un peu plus vulnérable aux blessures.

Kalajdzic parle de son cours d’espagnol

Lorsque vous avez abandonné pendant des mois la saison dernière, vous avez commencé un cours d’espagnol. Comment est-ce arrivé?

Kalajdzic: J’ai dit à ma famille, à mes amis et à ma petite amie: je vis mon rêve de football professionnel, mais il me manque encore quelque chose. Une sorte d’équilibre qui m’aide à avancer et qui est amusant en même temps. Mes parents ont suggéré l’apprentissage à distance, mais cela me paraissait trop long. Je craignais que ma concentration sur le football en souffre. Ensuite, j’ai eu l’idée d’apprendre une quatrième langue en plus de l’anglais, du serbe et de l’allemand. Ma copine a choisi une école de langue près de chez nous. J’y suis allé, je l’ai essayé et je l’ai apprécié. Avant Corona, j’étais sur place pendant une heure et demie une fois par semaine, tout est en ligne depuis.

Pourquoi est-il devenu espagnol?

Kalajdzic: D’une part j’aime entendre la langue, d’autre part c’est relativement facile à apprendre. La grammaire espagnole me convient mieux que le chinois. (des rires)

Comment allez vous?

Kalajdzic: Très bien, mais en quelques mots j’ai mes problèmes. L’espagnol a de vrais virelangues comme « desafortunadamente » qui signifie « malheureux ». Juste avant notre entretien, j’ai dit à Gonzalo Castro que « desafortunadamente » ne peut pas être prononcé. Je ne gère généralement le mot qu’au cinquième essai.

Voir aussi  0 contre Chemnitzer FC en course de promotion

Kalajdzic: « Je suis content de ne pas être dans une académie »

Avez-vous déjà été un bon élève?

Kalajdzic: Je n’étais pas un mauvais élève, mais je suis devenu paresseux vers la fin. Néanmoins, je voulais vraiment aller à l’école: pour moi, mais aussi pour le bien de mes parents.

Quels étaient vos sujets préférés et où avez-vous eu le plus de problèmes?

Kalajdzic: L’anglais était ma matière préférée ces dernières années car nous avions un professeur sympa. Sinon, j’aimais tout ce que je pourrais expliquer logiquement: la mécanique et l’électrotechnique, par exemple, et les maths tant qu’il s’agissait d’arithmétique, j’ai toujours trouvé la pratique plus facile que la théorie. J’ai détesté la mémorisation.

Quelle a été votre carrière scolaire?

Kalajdzic: Au lycée, j’étais dans un cours de football dans un lycée qui a une coopération avec Austria Wien. David Alaba était là aussi. L’étape normale aurait été de passer à leur académie à un moment donné, mais je ne l’ai pas fait. Aujourd’hui, je dois dire honnêtement: à l’époque, j’étais trop mauvais et physiquement trop faible. Pour le niveau supérieur, je suis passé à un HTL (en Autriche, une école supérieure professionnelle avec des objectifs de formation technique, commerciale et artisanale, ndlr). Rétrospectivement, je suis content de ne pas être allé dans une académie, mais je suis allé par ici.

Pourquoi?

Kalajdzic: Dans les académies, l’accent est mis exclusivement sur le football. Mes amis du HTL, par contre, n’avaient absolument aucun lien avec le football. Ils étaient tous fous de voitures, pas de balles. Ils avaient un autre vil que mes collègues de football, des objectifs différents, des mentalités différentes, des goûts musicaux différents. À cet égard, c’était le parfait équilibre entre la formation et les sujets. Je suis en contact avec beaucoup d’entre eux à ce jour. Je me suis fait des amis pour la vie au HTL.

Voir aussi  Jungmin Kim passe à Vitoria Guimaraes

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘244276659494854’);
loadJS(« /pub/js/facebook-tracking.js?88 »);

Written by Jérémie Duval

Économisez jusqu’à 40% sur les écouteurs Beats Powerbeats Pro et Solo3