in

Critique de livre – Les Furies par Katie Lowe


Michelle Herbert passe en revue les Furies de Katie Lowe…

the-furies-600x866

Les Furies est un livre sur le fait d’être une adolescente, de vouloir s’intégrer et jusqu’où vous êtes prêt à aller pour les gens que vous pensez être vos amis, mais aussi la rage que vous ressentez face à votre impuissance à affecter le monde qui vous entoure. Racontée du point de vue de Violet, elle décrit sans émotion comment elle s’est retrouvée à Elm Hollow pour la sixième forme. Elm Hollow est une école de filles qui remonte à plusieurs générations mais qui a également une pertinence historique dans la région en tant que lieu qui a été touché par les procès des sorcières du 17e siècle.

Violet est difficile à aimer, ce qui est aggravé par la façon dont elle veut être aimée. Lorsque Violet commence à Elm Hollow, elle finit par faire partie d’un groupe d’amitié qui est hanté par la mort d’Emily Frost, le groupe est composé d’Alex, Grace et Robin. Violet est fascinée par Robin, bien qu’il soit difficile de comprendre pourquoi, alors que Robin l’attire dans des cascades de plus en plus dangereuses, elle sent que Robin l’utilise, mais continue de se permettre de suivre Robin dans tout ce qu’elle suggère.

L’histoire devient de plus en plus sombre, mais laisse ouverte la question de savoir si certaines des morts qui se produisent dans le livre étaient des accidents ou si elles ont des origines surnaturelles alors que Robin et Violet ont jeté un sort pour appeler les Furies. Il y a plusieurs moments cauchemardesques et trahisons, pris à des degrés meurtriers.

Le livre lui-même a beaucoup à dire sur la pression des pairs et demande jusqu’où vous iriez pour vous faire des amis et les garder, même si ces amis ne semblent pas avoir votre meilleur intérêt à cœur. Violet a une petite ressemblance avec Emily et on lui rappelle constamment qu’elle n’est pas elle. Tout le monde est coupable de quelque chose dans ce livre et il y a beaucoup de colère détenue par un grand nombre de personnages.

Le livre en dit long sur la croyance: les filles croient-elles vraiment qu’elles sont les signes avant-coureurs de la vengeance ou essaient-elles simplement de se donner du pouvoir, dans un monde qui dit aux filles qu’elles ne seront jamais assez fortes? Violet admire également son professeur, Annabel, qui les exhorte à penser par eux-mêmes, bien que ce soit quelque chose qu’aucun d’entre eux ne semble être capable de faire au début de l’histoire, en particulier Violet car elle cherche l’approbation de tout le monde.

Le rythme du roman est assez lent, alors que nous suivons Violet dans sa nouvelle école. Les Furies a beaucoup de pièces de théâtre oniriques, et comme le raconte Violet se souvenant de son jeune moi, il a ce sentiment de souvenirs, certains étant plus clairs que d’autres. Il y a beaucoup de tension dans l’histoire qui peut se sentir trop par endroits, mais c’est le cas avec beaucoup d’histoires impliquant des adolescents. J’ai bien aimé Les Furies et il y a des sections qui me font plaisir de ne plus être adolescent et de devoir être investi émotionnellement dans les manipulations scolaires.

Michelle Herbert