in

Coronavirus : L’Ibuprofène, remède miracle ?

Ibuprofen contre le coronas virus

En février 2020, le NHS ou Service public de santé britannique a annoncé que les contrindications de l’ibuprofène face au Coronavirus ne sont pas prouvées cliniquement et ce médicament pourrait être la clé du succès.

Dans les débuts de la pandémie, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, l’ibuprofène en fait partie, étaient fortement déconseillés par les spécialistes qui luttent contre le Coronavirus. Sa prise peut causer de graves effets secondaires pour les personnes touchées par des problèmes respiratoires comme l’asthme. Nous savons tous que le Coronavirus se manifeste par des toux et rhumes au début, puis cela se termine par des aggravations au niveau des poumons et de tout l’appareil respiratoire. Récemment, le NHS a de nouveau parlé et a déclaré que des études sont actuellement menées sur l’efficacité de l’ibuprofène contre le Covid-19.

Comment fonctionne l’Ibuprofène ?

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par The Tea (@theteauk) le

En tant qu’anti-inflammatoire, l’Ibuprofène est désigné comme tranquillisant, uniquement sur prescription du médecin. Cette action est le résultat d’un processus rapide au niveau des micro-organismes, car le médicament bloque l’action de certaines enzymes et des fonctions plaquettaires. Sous forme de comprimés dans la plupart du temps, elle traite surtout le rhumatisme, les maux de tête, les douleurs dentaires et les douleurs légères modérées. Pourtant, sur de nombreux cas, l’usage de l’Ibuprofène provoquait des complications au niveau respiratoire. Mais selon des médecins de renom, associé à d’autres médicaments, l’Ibuprofène pourrait atténuer les problèmes respiratoires dus au Coronavirus.

Pourquoi l’ibuprofène face au Covid-19 ?

D’après les chercheurs britanniques de l’hôpital Guy ‘s and St Thomas et de King’s College, tout repose sur la posologie. C’est fréquemment la prise non modérée du patient qui provoque les symptômes de complications circulatoires. Selon ces spécialistes, leur étude sur l’efficacité de l’Ibuprofène dans le traitement du coronavirus remonte déjà au mois de décembre, à l’époque où le Coronavirus s’est amplifié en Chine. Des essais sur des animaux ont prouvés que le médicament en question peut guérir les difficultés respiratoires aiguës. À Londres, les patients du Coronavirus commencent déjà à subir un test sur les anti-inflammatoires. Les personnes sensibles prennent d’abord du paracétamol pour limiter les risques d’effet secondaire. Mais le vrai test s’appelle Liberate qui signifie « libérer ». Celui-ci consiste à utiliser l’Ibuprofène en tant qu’arme, pour délivrer le monde du Covid-19. Liberate est donc un essai clinique qui devra débuter dans quelques semaines.

La déclaration du professeur Mitul Metha s’annonce très prometteuse

Confinés, les habitants de notre chère planète ont déjà souffert près de 6 mois actuellement. Certains ont déjà publié à plusieurs reprises que l’hydroxy chloroquine était efficace contre l’épidémie. Mais peu de temps après, les chercheurs ont affirmé que les effets secondaires au cours du traitement s’avéraient plus que considérables. Après un long silence et une grande réflexion, le professeur Mitul Metha de King’s College a bien souligné qu’un procès devrait être monté pour prouver à tout le monde qu’ils ont de plus à offrir dans la lutte contre le Coronavirus. D’après le professeur, l’Ibuprofène aide à réduire les symptômes du Covid-19 comme la température, le rhume ou les toux. Les personnes touchées de maladies gastriques sont les seules déconseillées puisque les effets négatifs pourraient être encore plus graves. Le professeur appelle également à faire la différence entre la réalité et les rumeurs qui circulent un peu partout. Selon lui, les essais cliniques uniquement apporteront la preuve sur ce qui devra être employé.

Tout tenter dans cette manœuvre

L’Ibuprofène est le dernier médicament nouvellement déclaré jusqu’à maintenant dans la lutte contre la pandémie. D’après les études effectuées à Londres, ce médicament n’est plus une éventualité pour contrer les griffes de la maladie dévastatrice. Ces chercheurs ont trouvé un moyen de désamorcer les effets secondaires probables et plus encore, de soigner tous les symptômes. Si la personne atteinte du Coronavirus ne présente pas de forme grave, la maladie est plus facile à cerner. Cette utilisation de l’Ibuprofène est sûrement la plus agissante selon l’équipe de l’hôpital Guy’s and St Thomas vu qu’ils ont attendu le bon moment pour sortir le bon antidote. Espérons que dans les prochains jours à venir, l’Ibuprofène sera le remède tant recherché par le monde.