in

Coronavirus en France : les actualités

Les données sur les décès dans les établissements sociaux et médico-sociaux n’ont pas été mises à jour depuis quelque temps. La Direction générale de la santé rapporte mardi 28 940 décès liés au Covid-19 en France depuis le début de l’épidémie, soit 107 de plus que le bilan de la veille.

Dans le détail, 84 décès supplémentaires ont eu lieu dans les hôpitaux en 24 heures, pour un total de 18 590 depuis le début du mois de mars. Le nombre de décès à Ehpad lui s’élève à 10 350 morts, contre 10 327 vendredi, soit 23 décès supplémentaires.

Au premier jour de la deuxième phase de déconfinement, 14 028 personnes sont actuellement hospitalisées pour une infection au Covid-19 (contre 14 288 lundi) et 229 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures (contre 89 la veille).

1 253 patients atteints d’une forme grave sont hospitalisés en soins intensifs. Parmi eux, 33 nouveaux cas graves ont été admis au cours des dernières 24 heures, contre 9 lundi. En incluant les sorties, le solde reste négatif dans ces services réservés aux infections graves, avec 49 patients de Covid-19 en moins par rapport à lundi.

Manifestation de soutien à la famille d’Adama Traore en plein déconfinement

 

Voir cette publication sur

 

Une publication partagée par Red Boy (@redboyfr) le

Même si la mairie de Paris a prononcé l’interdiction des rassemblements, visiblement cela n’a pas empêché les gens de manifester en soutien à la famille d’Adama Traore, mort lors de son interpellation par les gendarmes en 2016. Ils étaient des milliers à s’être rassemblé devant le palais de justice de Paris pour réclamer justice dans cette affaire.

Mais ce rassemblement était aussi l’occasion pour les « causes perdues » de se faire à nouveau entendre. Ainsi, les manifestants étaient constitués de beaucoup de jeune accompagné par des gilets jaunes. Selon Assa Traoré, porte-parole du comité « La vérité pour Adama », ce qui se passe actuellement est un « déni de justice ». Il faut dire que l’affaire George Floyd qui embrase actuellement les États-Unis a des répercussions partout dans le monde. Selon la militante, « Ce qui se passe aux USA fait écho à ce qui se passe en France ».

Des pêcheurs tirent la sonnette d’alarme

L’épidémie de Covid-19 laissera aussi inévitablement des traces au niveau de l’économie. Et s’il y a un domaine qui se dit préoccupé par les conséquences du coronavirus, la filière pêche se trouve dans une situation précaire. « La situation est extrêmement compliquée », rapporte par exemple Olivier Le Nezet, président du comité régional des pêches maritimes de Bretagne.

olivier-le-nezet-president-du-comite-regional-des-peches
Source : Capture sur Instagram

Dans un courrier adressé au gouvernement et daté de lundi, il explique notamment que « L’impact du Covid-19 sur la filière est beaucoup plus important maintenant que pendant le confinement. Le marché ne peut pas absorber l’ensemble des débarquements ». Effectivement, l’ensemble des bateaux de pêche a quitté le port. « Les prix se sont effondrés et même lorsque les captures trouvent acheteurs, les armements sont très en deçà des seuils de rentabilité ». Ce qui suscite une très grande inquiétude auprès des gens du secteur.