in

Comment la pandémie de COVID a influencé l’intrigue de Monstres et Cie : Au travail

Monstres et Cie : Au travail est prévu pour la première le bientôt et les fans seront heureux de savoir que la série sert de suivi direct à Monsters Inc., le bien-aimé 2001 Pixar film, qui a maintenu une présence dans les parcs Disney du monde entier avec des attractions comme Monsters Inc. Sol de rire et Monsters Inc. Roulez et allez chercher. Le film a déjà donné lieu à un prequel, Université de monstres, mais après deux décennies complètes, la franchise en plein essor est enfin revenue sous une véritable forme de suite. Le lien entre l’intrigue d’une série animée Disney et la pandémie de coronavirus peut sembler ténu, mais selon le producteur exécutif Bob Gannaway, COVID-19 et ses effets sur la société ont largement contribué au développement Monstres et Cie : Au travail.

Gannaway s’est récemment assis pour une interview avec CBR, où il a expliqué comment le coronavirus a influencé l’intrigue de l’émission. Pour comprendre d’où il vient, il peut être utile, tout d’abord, de vous mettre dans l’espace libre d’un diplômé de la Monsters University (MU).

Imaginez que vous êtes un monstre qui a fréquenté la School of Scaring. Vous idolâtrez un grand Scarer bleu hirsute nommé Sulley. Vous rêvez d’être comme lui, de franchir les portes des placards dans les chambres des enfants la nuit afin de pouvoir siphonner l’énergie de leurs cris pour garder les lumières allumées dans votre ville (qui, naturellement, s’appelle Monstropolis).

Tout va bien. Vous êtes sur la voie du succès et de faire de votre rêve une réalité quand, tout à coup, tout change. Il s’avère que les rires sont une meilleure source d’énergie que les cris. Maintenant, le rire est ce que recherchent les patrons et vous, le soi-disant Scarer, envisagez un changement de paradigme où votre rêve n’est plus réalisable.

Le sort de Monstres et Cie : Au travail

Cela nous amène aux commentaires de Gannaway. Voici ce qu’il avait à dire sur l’influence de COVID Monstres au travail:

“Cela semble être une chose évidente, mais il nous a fallu, je dirais, presque un an pour comprendre cette idée très simple d’un personnage diplômé de la School of Scaring, qui a rêvé d’être un Scarer, idolâtrait Sulley – c’est pourquoi il est allé à MU, puis l’univers lui lance une balle courbe, et tout son plan de vie est bouleversé. Comment va-t-il gérer ça ?

Ensuite, il est intéressant de noter que nous avons cette situation COVID, qui concerne l’univers du monde nous lançant une courbe, et comment allez-vous y faire face ? Et cela a fait un personnage intéressant, car maintenant le personnage, notre personnage principal, peut être défectueux dans le sens où la chose que je voulais m’est enlevée, et ce n’est pas juste. Et le public, espérons-le, se connecte avec cela. »

Tout cela est très mignon et métaphorique, mais il y a des gens ordinaires et même des athlètes olympiques partout dans le monde en ce moment qui ont eu leurs propres espoirs frustrés par la pandémie. COVID-19 a eu un impact sur l’industrie du divertissement autant que toute autre entreprise. Les productions cinématographiques et télévisuelles ont dû s’adapter à une nouvelle façon de faire les choses, et dans leur quête sans fin d’imiter la vie avec l’art, les créateurs intègrent des préoccupations du monde réel dans leur travail.

Monstres et Cie : Au travail présente les voix de retour de John Goodman et Billy Cristal, ainsi que le nouveau leader de la série Ben Feldman et une foule d’autres voix reconnaissables, y compris John Ratzenberger, Jennifer Tilly, Mindy Kaling, Henri Winkler, Aïcha Tyler, Bonnie Hunt, et plus. Les deux premiers épisodes de la série arrivent sur Disney+ le Mercredi 7 juillet. Après cela, de nouveaux épisodes uniques feront leurs débuts hebdomadaires.