in

Comment Elon Musk voit-il l’avenir de la technologie des batteries ?

, le grand patron de Tesla et de a depuis quelques années pour projet de révolutionner la technologie des batteries, et d’enfaire la base de l’industrie automobile,sachant qu’il a plus que les moyens nécessaires pour y arriver.

Beaucoup de projet sont actuellement en cours d’étude par sa compagnie d’après lui, comme son concept de l’Hyperloop quidevrait révolutionner les transports publics ou sa compagnie de forage qui a trouvé un nouveau système révolutionnaire de creuser des tunnels.

Cependant, lequel de ses projets finira par changer le monde ? D’après Elon Musk, ce sera surement ses découvertes sur les technologies des batteries. Les piles au lithium, compactes et légères, qui permettent actuellement de visionner des films sur des téléphones ultrafins, vont peut-être dans un futur proche vous permettre de vivre plus longtemps.

Le potentiel des voitures électriques

Comme bon nombre de consommateurs, certains critères vous feront hésiter à acheter une voiture électrique : le prix, la garantie, l’autonomie de la batterie, la qualité des matériaux.

Pourtant, le marché actuel semble indiqué que les batteries sont l’avenir de l’industrie automobile.

Il suffit de regarder le prix de l’action Tesla qui a brièvement devancé Toyota la semaine dernière, même si le géant japonais a vendu 30 fois plus de véhicules l’année dernière.

L’une des raisons est qu’Elon Musk a promis un avenir radieux pour l’industrie de la batterie, au cours duquel il annoncera une série de progrès pour cette technologie.

Dans ce sens, les véhicules électriques devraient à eux seuls multiplier par dix la demande de batteries en Europe au cours de la décennie.

Les plus grandes batteries du monde

Dans cette quête pour révolutionner le monde de la technologie des batteries, le marché de l’automobile ne sera pas le seul à en bénéficier.En effet, les gigantesques batteries connectées à nos réseaux électriques vont également être au centre de la grande révolution des énergies renouvelables.

D’après le professeur Paul Shearing, expert en technologies de batteries émergentes à l’University College London : “Nous entrons dans une phase de croissance presque exponentielle”.

Mais cette explosion de la demande ne sera possible que si nous pouvons rendre les batteries plus abordables, plus durables et plus efficaces.

Un million de kilomètres

Cette nouvelle, annoncée la semaine dernière a suscité l’intérêt de beaucoup de personnes, et d’entreprises dans le monde et dans différents domaines. Pour rappel, le géant chinois des batteries et fournisseur de la plupart des grands constructeurs automobiles, dont Tesla, a révélé qu’il avait produit la première “batterie d’un million de kilomètres”.

Selon la société Contemporary Amperex Technology (CATL), sa nouvelle batterie est capable d’alimenter un véhicule sur plus d’un million de miles (1,2 million, pour être précis – ou 1,9 million de km) pendant une durée de vie de 16 ans, tandis que la plupart des batteries de voiture actuelle offrent une garantie de 60 000 à 150 000 miles sur une période de trois à huit ans.Il s’agit déjà d’une grande percée dans la technologie des batteries, et elle ne coûtera que 10 % de plus selon Zeng Yuqun, président du CATL.

Ne plus jamais changer de batterie est tout de même une très bonne nouvelle pour l’industrie de la voiture électrique. Mais des batteries plus durables sont également essentielles pour ce que l’on appelle le stockage “stationnaire”.

Il s’agit des batteries que nous pouvons fixer aux éoliennes ou aux panneaux solaires pour que l’énergie renouvelable soit disponible lorsque le soleil ne brille pas ou que le vent ne souffle pas.

Dans ce sens, il sera fort probable que tout le monde voudraéquiper sa maison d’une batterie stationnaire pour stocker l’électricité, ou pour collecter l’énergie que vos propres panneaux solaires produisent.

Le prix des batteries

Afin de rendre ce projet faisable, il est important selon Elon Musk ainsi que les autres grandes entreprises de la batterie de faire baisser son prix. Le défi majeur dans l’industrie des véhicules électriques est d’obtenir une batterie coûtant moins de 100 $ (78 £) par kilowattheure.

“À ce moment-là, vous commencez à avoir des véhicules électriques qui sont moins chers que les véhicules à combustion interne équivalents”, explique Seth Weintraub, journaliste américain spécialisé dans la technologie des batteries et il a également ajouté : “Dans les concessions automobiles, nous allons passer d’un véhicule électrique à l’arrière quelque part, à un véhicule à essence à l’arrière quelque part.”

Nouvelles usines

Il faudra donc de nouvelles usines pour fabriquer toutes ces nouvelles batteries, et là, il nous faudra attendre les nouvelles annonces d’Elon Musk qui devrait se faire au début de ce mois.

Le grand visionnaire aurait été transporté par hélicoptère sur un site de 650 acres juste à l’extérieur de Bristol, qui est considéré comme le principal candidat britannique pour l’une des “Gigafactories” de Tesla.Il prévoit également une usine encore plus grande “Terafactory” aux États-Unis, probablement à Austin, au Texas.

D’où viendront donc les matières premières pour batteries ?

Comme on le sait déjà le cobalt est une des matières premières pour la fabrication d’une batterie mais qui est cher et beaucoup provient de la RD Congo, où il a été associé au travail des enfants., et Tesla tentent déjà de trouver un moyen d’accéder au cobalt congolais de manière plus humaine et en respectant les règles de responsabilité.

Le partenaire chinois de Tesla, la CATL, a trouvé un moyen de fabriquer des batteries sans cobalt, du moins pour les véhicules à courte portée.

Cependant, aucune autre option ne permet de se débarrasser de l’ingrédient clé des piles légères, le lithium.

Les gisements de sel du monde entier sont très riches, dont la plus grande réserve – encore inexploitée – se trouve dans la plaine salée d’une beauté obsédante, le Salar de Uyuni, dans les lointaines Andes boliviennes.

Cependant, la méthode actuelle de séparation du lithium dans ces dépôts est lente et inefficace et pose alors problème aux fabricants.

Le plus grand lac salé actuellement exploité est le Salar de Atacama au Chili. Et à leur altitude nettement plus basse, les Chiliens peuvent utiliser l’évaporation naturelle pour cristalliser les sels, grâce à l’ensoleillement intense du désert d’Atacama. Avec ses 10 000 km2, la plaine salée de Salar de Uyuni en Bolivie contient 50 à 70 % des réserves mondiales connues de lithium.

Cependant, le processus prend encore des mois et ne permet de récupérer qu’environ 30 % du lithium disponible.