-

C’est quoi l’ombrophobie ? Est-ce que ça existe vraiment ?

La Femme qui habitait en face de la fille à la fenêtre est une série satirique intelligemment conçu. Elle reprend de nombreux éléments communs aux thrillers à suspense et les rend encore plus ridicules. L’histoire tourne autour d’Anna Whitaker (Kristen Bell), qui, autrefois artiste accomplie, sombre dans une spirale infernale après la mort violente de sa fille, Elizabeth.

Désormais, elle boit du vin, prend des pilules et passe ses journées à regarder par la fenêtre la vie apparemment heureuse de ses voisins. Anna souffre d’une maladie appelée ombrophobie ou peur de la pluie. Si vous vous demandez si c’est une maladie réelle, Betanews vous dit tout.

L’ombrophobie existe vraiment ?

Oui, l’ombrophobie est une maladie réelle. L’expression a été inventée par le botaniste du 19e siècle Julius Wiesner. Dans la langue grecque, « ombros » est le mot désignant la tempête de pluie ou l’orage envoyé par Zeus, tandis que « phobos » se traduit par la peur. Wiesner a remarqué qu’il existait deux types de plantes en termes de réaction à la pluie : les ombrophobes et les ombrophiles. Les Xérophytes sont un exemple de plantes ombrophobes. Ce terme a ensuite été adopté dans le lexique de la psychologie. Il est également désigné sous le nom de Pluviophobie.

Comme toute autre phobie, la réaction du patient à l’ombrophobie peut varier. Pour certains, la simple mention de la pluie peut déclencher un épisode, qui peut potentiellement inclure une grave attaque de panique. D’autres devront se trouver dehors sous la pluie pour avoir une réaction. Pour quelques rares ombrophobes, cet état est le résultat de la peur des pluies acides. Un ombrophobe peut également souffrir d’aquaphobie ou de la peur de la noyade et d’antiophobie ou de la peur des inondations.

Une personne atteinte de cette maladie a tendance à avoir peur de s’aventurer à l’extérieur. La progression de cette maladie dépend souvent de la situation géographique du patient. S’il vit dans un endroit où la pluie est fréquente, son ombrophobie peut progresser assez rapidement. Le patient vérifiera régulièrement les bulletins météorologiques et le ciel pour s’assurer qu’il n’y aura pas de pluie lorsqu’il sortira. Les causes de l’ombrophobie ne sont pas déclarées définitives. Elles peuvent être nombreuses – de la génétique au traumatisme en passant par l’environnement. Par conséquent, le traitement varie également. Le yoga, la thérapie d’exposition, la thérapie comportementale dialectique (TCD) et la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) sont quelques-uns des moyens de traiter l’ombrophobie.

https://www.instagram.com/p/COJPbg6ld6o/

Anna finit-elle par surmonter son ombrophobie ?

Oui, Anna finit par surmonter son ombrophobie. Elle a développé ce trouble parce que sa fille a été tuée un jour où il pleuvait abondamment. Dans la scène culminante de la première saison, elle se traîne sous la pluie, croyant que Buell (Cameron Britton), dont elle a appris qu’il est un tueur repenti, est allé chez les Coleman pour les tuer. La vérité se révèle être quelque chose de complètement différent. Elle découvre que le vrai tueur est Emma (Samsara Yett), la fille de Neil Coleman.

Après qu’Anna ait tué la jeune meurtrière psychotique, sa vie semble reprendre son cours. Elle se remet à peindre. Anna apprend que Douglas, son ex-mari, a acheté sa toile. De plus, Douglas laisse fortement entendre qu’il veut se réconcilier. Pendant qu’ils parlent, il se met à pleuvoir. Anna réalise qu’elle n’a plus peur de la pluie et se met à tournoyer.

Pour rappel, La Femme qui habitait en face de la fille à la fenêtre est dispo en streaming sur Netflix exclusivement.

Html code here! Replace this with any non empty raw html code and that's it.

Partager cet article

Actualités