in

Ces clones d’écrevisses mutantes échappées ont dépassé un cimetière belge

Les animaux dans l’histoire | 30 octobre 2020

(David Gerke / Wikimedia Commons)

Cela peut ressembler à un film B des années 1950, mais non, ici même en 2020, des écrevisses mutantes font des ravages dans un cimetière belge. Ils menacent la biodiversité de la région, peuvent se frayer un chemin hors du cimetière et dans la ville environnante s’ils ne sont pas arrêtés et semblent se reproduire à un rythme impie sans avoir besoin d’un mâle. C’est comme parc jurassique sauf beaucoup plus effrayant car c’est 100% plus réel.

Attaque des clones

Malheureusement, la mutation de l’écrevisse ne provient pas d’une boue verte ou d’une glu toxique, mais de leur exposition à diverses parties du monde. Semblable à l’écrevisse marécageuse trouvée en Floride, ces écrevisses sont parthénogénétiques, ce qui signifie qu’ils reproduisent de manière asexuée une progéniture femelle identique. On ne sait pas tout à fait comment la reine des écrevisses est née, mais il est fort probable qu’elle soit née il y a 25 ans et qu’elle ait commencé un cycle de mise bas qui a créé une tonne de clones d’écrevisses, dont beaucoup sont terrorisant maintenant le cimetière Schoonselhof en Belgique, qui abrite 1 577 soldats du Commonwealth britannique tués pendant la Seconde Guerre mondiale. Ayez du respect, reine des écrevisses.

Est-ce vraiment si grave qu’un groupe de clones d’écrevisses génétiquement mutés rampe autour d’un cimetière? Oui. 100%. C’est tres mal. Ces écrevisses nocturnes, qui mesurent environ quatre pouces de long, ne font que deux choses: dévorer quelle que soit la flore qu’ils peuvent trouver et faire des bébés. En mangeant à travers la Belgique, sous forme de buffet, ils détruisent également la terre. S’il y a une augmentation de la population d’écrevisses, tout l’écosystème peut être perturbé. C’est une bonne chose que c’est exactement ce qui se passe.

(Jules Grandgagnage / Wikimedia Commons)

D’où vient l’écrevisse mutante?

Personne ne va jamais s’avancer et admettre qu’ils ont provoqué une apocalypse des écrevisses dans ce cimetière belge, mais les experts ont des théories sur l’origine des écrevisses. On pense que ces écrevisses d’eau douce ont été élevées pour la première fois par des marchands d’animaux de compagnie allemands dans les années 90, et au moins une personne qui s’est retrouvée avec l’un de ces mauvais garçons (désolé, les filles) doit en avoir assez de se noyer dans les clones les libérer dans l’un des canaux du pays. They ont été bannis de l’UE en 2014, mais il est impossible de savoir si l’alpha des écrevisses était déjà en Belgique car tout le clone rend Test inutile.

(Enziarro / Joseph Stansbury Rosin / Wikimedia Commons)

Que faisons-nous avec eux maintenant?

La meilleure façon de faire face à une épidémie de quelque chose d’aussi vorace et reproductif, que ce soit des morts-vivants ou écrevisses, est de les essuyer de la planète. Une épidémie similaire d’écrevisses mutantes en Espagne a été résolue par un empoisonnement de masse, mais il est illégal d’utiliser des traitements à base de produits chimiques en Belgique. Pour le moment, il semble que la seule façon d’obtenir tous ces Procambarus virginal hors du pays est de les rassembler et de les mettre dans un laboratoire pour une étude plus approfondie, mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Tu essayez de vous disputer un cimetière plein de crustacés glissants, sous l’eau, dans l’obscurité.

Pourquoi les veulent-ils dans un laboratoire, mis à part le truc évident des «écrevisses mutantes»? Les scientifiques croient en fait que l’adaptabilité de l’animal pourrait les aider à comprendre comment tumeurs cancéreuses s’adapter à certains médicaments et rester dans le corps humain. Étant donné que les écrevisses et les tumeurs se répliquent automatiquement, ils espèrent que déterminer les causes de cette mutation génétique sera la clé pour déterminer comment cellules cancéreuses reproduire.

Tags: animaux | europe | science

J’aime ça? Partage avec tes amis!



(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src=”https://connect.facebook.net/en_US/sdk.js#xfbml=1&version=v3.2&autoLogAppEvents=1″;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘428075724697421’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘2692910487403456’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘1244064469097209’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘737134893713800’);
fbq(‘track’, ‘PageView’); fbq(‘track’, ‘ViewContent’);