in

“Certains aiment beaucoup l’Espagne, mais ils ont des relations sexuelles avec la Suisse”

Jesús Cintora est allé à «Mieux vaut tard» pour parler sans parler de Juan Carlos I, après avoir appris qu’il aurait retiré 100 000 euros par mois de factures de son compte en Suisse de 2008 à 2012. «Certains disent qu’ils veulent beaucoup en Espagne, mais ils ont des relations sexuelles avec la Suisse, qui est où ils ont pris l’argent et où ils l’ont caché en toute sécurité et sans passer par le trésor espagnol“a commenté le journaliste.

Jesús Cintora, dans «Mieux vaut tard»

Jesús Cintora, dans «Mieux vaut tard»

“J’ai honte”, reconnaît Cintora, que le chef de l’Etat “est allé en Suisse avec des mallettes d’argent ou est allé à la banque pour demander des liasses de billets sans passer par le Trésor espagnol en noir”. En outre, il qualifie “nous ne parlons pas de prendre 100 000 pesetas pour le week-end, nous parlons jusqu’à 200 000 ou 300 000 euros en échange et ce n’est évidemment pas pour aller jouer du mus, mais pour d’autres choses. “

Selon le journaliste, ces données qui ont été révélées sont “un coup dévastateur pour le chef de l’Etat”, puisque la monarchie a déclaré qu ‘”elles étaient exemplaires, qu’elles étaient fières et satisfaites, et dans les années où les gens Je vivais un pire moment en Espagne en raison de la crise entre 2008 et 2012, lorsque la bulle immobilière a éclaté, des expulsions, quand ce monsieur est sorti pour nous dire qu’il fallait être généreux … il a suivi ce type de comportement“dit Cintora très franchement.

“Dans une démocratie, il doit y avoir la justice”

Sans aucun doute, il estime qu’il doit y avoir justice: “Je crains que cela ne soit un épisode successif dans les médias, mais le peuple est guéri de peur. Dans une démocratie, ce qu’il doit y avoir c’est la justice”, reconnaît Cintora, pour laisser échapper l’argument final suivant: “Si vous vous protégez avec une série de privilèges, ce sera dommage car cela doit être sanctionné. Si celui ci-dessus ne donne pas l’exemple, il est difficile de demander au citoyen moyen un sacrifice