in

Athlétisme : Christian Coleman suspendu ?

colman
Source: capture Instagram

L’athlète Christian Coleman, un champion du monde du 100m a raté le contrôle antidopage le 9 décembre 2019. C’est la troisième fois en un an qu’il manque à ses obligations de localisation et il peut alors être suspendu.  

Christian Coleman est dans le pétrin  

Sacré champion du monde du 100 m à Doha l’automne dernier après avoir échappé de peu à une suspension pour manquements à ses obligations de localisation, le sprinteur américain âgé de 26 ans se retrouve de nouveau confronté à la même situation.  

Coleman a révélé mardi une nouvelle violation de ses obligations de localisation sur son compte Twitter, qui a été découverte par l’unité d’intégrité de l’athlétisme de l’AIU le 9 décembre 2019. Le sprinter d’Atlanta a écrit : « Et maintenant, cela pourrait conduire à ma suspension ». Il a affirmé qu’il était vain d’essayer de discuter avec l’AIU au cours des six derniers mois, en particulier dans la lutte contre le dopage. Mercredi matin, l’AIU n’a pas communiqué sur l’affaire. 

Coleman a également publié une capture d’écran de la notification officielle de l’AIU concernant l’échec du test de l’AIU. Si la procédure se termine, il devra faire face à une suspension de deux ans, ce qui pourrait lui faire perdre la qualification pour les JO de Tokyo à l’été 2021. 

L’année dernière, le champion avait échappé à la suspension, qui a finalement été approuvée par l’Agence américaine antidopage (Usada). Coleman a été avisé de trois manquements à ses obligations de localisation le 6 juin 2018, le 16 janvier 2019 et le 26 avril 2019, respectivement. En moins d’un an, il y a trois violations des obligations de localisation, ce qui peut entraîner des suspensions pouvant aller jusqu’à deux ans. Le sprinter a par la suite nié tout désir de tricher et a brandi la quantité de contrôle négatif au fil des ans. Mais surtout, entouré d’avocats très performants, il avait pu plaider avec succès que le premier cas manqué aurait dû être antidaté au premier jour du trimestre correspondant, soit le 1er avril 2018. Ce qui plaçait donc les trois manquements dans une période plus longue qu’une année entière.  

Une vive controverse à Doha 

Coleman avait ainsi finalement pu courir à Doha, et s’imposer sur 100 m en 9 »76. Mais sa non-suspension avait laissé un goût amer à de nombreux acteurs du milieu, dont sa compatriote Jenny Simpson, championne du monde 2011 du 1500 m. cette dernière a déclaré que « Si vous manquez trois contrôles, soit c’est parce que vous trichez, soit parce que vous êtes idiot et dans tous les cas, vous ne devriez pas être autorisé à courir ».  
Dans les mois qui ont suivi cette controverse, en plus des matchs du 16 janvier et du 26 avril de la même année, cette rencontre, récemment manquée le 9 décembre 2019 a également fait face au champion du monde du 100 m. Selon les règles de l’Agence mondiale antidopage, les trois violations des règles de localisation accumulées en 12 mois seront considérées comme des délits et seront passibles d’une peine de prison avec sursis pouvant aller jusqu’à deux ans. Coleman s’est de nouveau défendu contre tout acte répréhensible. Dans un message sur Twitter, il a également attaqué l’AIU.