in

Arthur Mamou-Mani et Dassault Systèmes explorent les cycles de vie des matériaux


Arthur Mamou-Mani explique comment il s’associe à Dassault Systèmes pour étudier l’architecture «cradle-to-cradle» dans la dernière vidéo de notre collaboration Design for Life avec la marque de logiciels.Mamou-Mani, fondateur du studio londonien Mamou-Mani Architects, est le quatrième concepteur à figurer dans la collaboration Design for Life entre Dezeen et Dassault Systèmes, qui met en lumière les concepteurs qui utilisent la technologie et la recherche pour construire un monde meilleur.Mamou-Mani s’est engagé dans une collaboration axée sur le développement durable avec Dassault Systèmes qui utilise le logiciel de la marque pour étudier comment différents matériaux imprimables en 3D peuvent être fabriqués de manière durable et imprimés dans des structures pouvant être recyclées ou réutilisées.Arthur Mamou-Mani et Dassault Systèmes collaborent à un projet de recherche expérimental Le projet fait partie d’une initiative en cours chez Dassault Des systèmes qui connectent la marque aux designers pour les aider à générer et réaliser des projets en utilisant sa technologie. t Systèmes propose une suite de logiciels 3D pour les concepteurs, les architectes et les ingénieurs appelée 3DExperience, qui comprend des produits de CAO bien connus tels que Solidworks et Catia, ainsi que des outils de réalité virtuelle utilisés dans un large éventail d’industries. « L’architecture doit créer des possibilités d’interaction », déclare Nassia Inglessis, fondatrice du Studio INI « Nous collaborons avec Dassault Systèmes sur un projet de recherche expérimental qui se terminera par une installation, qui décrira le cycle de vie des matériaux et appliquera la technologie pour comprendre la science derrière », explique Mamou-Mani dans l’interview vidéo, qui a été filmée par Dezeen pour Dassault Systèmes dans l’atelier de l’architecte à Londres.Mamou-Mani développe une installation qui démontre les résultats du projet de recherche, qui comportera une structure composée de Des modules imprimés en 3D qui sont imprimés, décomposés et réimprimés sur place.Mamou-Mani utilise la technologie de Dassault Systèmes pour explorer les cycles de vie des matériaux imprimables en 3D « L’installation est constituée d’une grille dynamique de modules imprimés en 3D, et cascades à travers l’espace comme s’il avait été emporté par le vent », a déclaré Mamou-Mani. «Dans le cadre de l’installation, nous aurons une imprimante 3D sur place qui imprimera des modules dans un bioplastique appelé PLA, qui est fabriqué à partir de sucre fermenté.» «Le matériau est renouvelable et il provient de sources renouvelables durables, contrairement au plastique à base de pétrole », a-t-il poursuivi. Le projet comprend une installation composée de modules imprimés en 3D en bioplastique appelé PLA L’architecte a discuté du projet avec le fondateur et rédacteur en chef de Dezeen Marcus Fairs et le vice-président du design de Dassault Systèmes Vivez Anne Asensio dans un live talk qui a lancé la collaboration Design for Life. Selon Mamou-Mani, l’impression 3D de structures pourrait permettre aux architectes de réduire leur impact sur l’environnement en réduisant les déchets et le besoin de transport des structures vers les chantiers.  » L’avantage de la construction avec l’impression 3D en architecture est que vous pouvez imprimer sur place », a-t-il déclaré. «C’est aussi beaucoup plus efficace car il est directement lié à vos modèles d’ordinateurs.» Les modules PLA peuvent être réutilisés, recyclés ou compostés Afin de démontrer le cycle de vie complet du matériau utilisé, l’installation comprendra également un broyeur en plastique qui décompose les modules pour que le PLA puisse être réutilisé. « Il y aura également un broyeur de plastique sur place, montrant aux gens comment le recyclage peut être fait à petite échelle », a expliqué Mamou-Mani. «Le broyeur de plastique nous permet de prendre une pièce déjà imprimée et de la ramener sous sa forme de pastille, ce qui nous permet de l’imprimer à nouveau.» «De l’impression 3D au concassage en passant par le compostage, nous voulions montrer tous les états du matériau, en montrant ce qui est à terme un cycle de vie renouvelable, cradle-to-cradle et durable. « Dans le cadre de l’installation, un concasseur de plastique remettra le matériau utilisé dans les modules sous sa forme imprimableMamou-Mani a utilisé la plateforme 3DExperience de Dassault Systèmes tout en développant le projet, y compris l’utilisation de l’outil paramétrique appelé xGenerative Design pour arriver à la forme des modules, ainsi que l’utilisation d’outils de modélisation pour analyser les cycles de vie de différents matériaux. « Dassault Systèmes avait cet outil vraiment merveilleux qui nous a permis de mettre la science et les métriques derrière le cycle de vie évaluations », a-t-il expliqué. «Cela nous a permis de comparer différents matériaux, différentes approches, et tous les différents avantages et inconvénients de chacun.» Mamou-Mani affirme que les concepteurs devraient prendre en compte le «cycle de vie complet» de leurs projetsMamou-Mani estime que porter une attention particulière au cycle de vie « Il est très important que les designers commencent à penser au-delà de la durée de leur projet », a-t-il déclaré. «Ils doivent commencer à réfléchir à l’origine du matériau, à sa destination, à la manière de le reconfigurer – tout le cycle de vie d’un projet doit être pris en compte.» Les images du temple de Galaxia à Burning Man sont de Matt Emi. Les images de l’installation de Conifera sont une gracieuseté de COS.Design for LifeDesign For Life est une collaboration de contenu entre Dezeen et Dassault Systèmes, avec des conférences et des vidéos mettant en évidence des concepteurs qui utilisent la technologie et la recherche pour construire un monde meilleur.La série de vidéos a commencé avec un profil d’Autrichien Julia Koerner, dans laquelle elle montre comment elle utilise la technologie pour appliquer des techniques architecturales à la mode et à la conception de costumes.Dans le prochain épisode de la série, le fondateur d’Exploration Architecture, Michael Pawlyn, a expliqué comment le biomimétisme permet aux architectes d’avoir un impact positif sur l’environnement. L’épisode le plus récent était consacré à la fondatrice du Studio INI, Nassia Inglessis, qui a décrit comment la technologie lui permet de créer des espaces interactifs qui répondent au corps de leurs habitants.Dans les semaines à venir, nous publierons également des vidéos présentant le directeur du design de DS Automobiles, Thierry Metroz et New Duo de designers de York Birsel + Seck.

Written by Jérémie Duval

Prokudin-Gorsky: l’Ouzbékistan de l’époque tsariste capturé dans de rares photographies couleur, 1907-1911

Redmi Watch devient officiel: que peut vous apporter une montre intelligente à 45 $?