in

Apple : poursuivi en justice pour mensonge

Un juge fédéral a donné le feu vert à une action collective contre , liée à la chute des livraisons d’iPhone. Le procès allègue qu’Apple — et son PDG Tim Cook, en particulier — a menti aux investisseurs pour cacher que les ventes d’iPhone n’allaient pas bien (via Reuters).

Un recours collectif accuse Apple de mentir aux investisseurs au sujet des mauvaises livraisons d’iPhone. Selon la plainte, Apple savait que les iPhone ne se vendaient pas aussi bien que prévu, mais a caché cette information aux investisseurs. Bien qu’un juge fédéral ait déclaré que le procès pourrait aller de l’avant, on ne sait pas quels dommages et intérêts seraient versés si les plaignants gagnaient.

L’action collective est intentée par des employés d’une caisse de retraite Rhode Island, un groupe qui fournit des prestations de retraite, d’invalidité et de survie aux employés de l’État. On suppose que l’ERSRI avait des investissements considérables dans les actions d’Apple. L’accusation d’Apple de mentir sur les livraisons d’iPhone découle d’incidents survenus fin 2018 autour des ventes des smartphones iPhone XR, XS et XS Max.

Mensonge sur les livraisons d’iPhone

En septembre 2018, Apple a lancé en grande pompe l’iPhone XR, XS et XS Max. En novembre 2018, Apple a organisé l’un de ses appels habituels aux investisseurs. Au cours de cette conversation publique, la société a annoncé les numéros de livraison de l’iPhone ainsi que d’autres informations privilégiées qui ont aidé les investisseurs à se sentir en confiance pour acheter plus d’actions Apple.

 

Voir cette publication sur

 

Une publication partagée par Apple IPhone 11 Pro Max (@iphone__xs) le

Lors de ce meeting, le PDG d’Apple, Tim Cook, a fait des remarques qui ont brossé un tableau optimiste des livraisons d’iPhone et du succès rencontré jusqu’à présent par les nouveaux iPhone. Il a notamment déclaré « que les ventes de l’iPhone XS et du XS Max avaient été “vraiment géniales” et que la Chine avait connu des ventes plus importantes que les autres marchés », rapporte l’agence Reuters. Cependant, Apple a également annoncé lors de cette même réunion qu’il ne révélerait plus les numéros de livraison exacts de l’iPhone dans les prochaines conférences avec les investisseurs.

Janvier 2019. Dans un autre rapport aux investisseurs, Apple a révélé qu’elle réduisait ses estimations de revenus de plusieurs milliards de dollars. Cela a provoqué une chute de 10 % de l’action Apple en une seule journée, effaçant 74 milliards de dollars de la valeur de la société et nuisant sans aucun doute gravement aux portefeuilles des investisseurs.

Le procès indique qu’il est impossible qu’Apple n’ait pas su que les livraisons d’iPhone ne répondent pas aux attentes avant cette conférence de janvier. La poursuite allègue qu’Apple savait lors de la communication de novembre que les choses allaient mal, mais a refusé de le divulguer jusqu’en janvier, lorsqu’il n’a plus été possible de le cacher.

Des preuves accablantes

Le procès fait des allégations qui donnent une mauvaise image à Apple. Peu de temps après l’appel des investisseurs de novembre 2018, Apple a commencé à réduire la production d’iPhone. En effet, à la mi-novembre, la société aurait dit à certains de ses fournisseurs — dont Foxconn — qu’ils allaient mettre un terme aux projets de nouvelles lignes de production d’iPhone. Le procès affirme également qu’Apple a demandé à un fournisseur clé de réduire ses livraisons.

procès contre Apple
Source : Capture sur Instagram

Le procès met donc en évidence le fait qu’Apple savait pertinemment, lors de cet appel de novembre, que les livraisons d’iPhone allaient être touchées. Apple espérait que les ventes des fêtes de fin d’année compenseraient la différence.

Le juge fédéral chargé de cette affaire a approuvé l’évaluation des faits faite par la justice. « En l’absence d’une catastrophe naturelle ou d’une autre raison, il est tout simplement improbable que [Tim] Cook n’ait pas su que la demande d’iPhone… était en baisse quelques jours à peine avant de couper les chaînes de production », a écrit la juge américaine Yvonne Gonzalez Rogers. Rogers a également déclaré que les revendications de la poursuite liées à la réduction de la production d’iPhone par Apple « suggèrent plausiblement que les défendeurs s’attendaient à une baisse des ventes unitaires ».