in

1965: La loi sur les droits de vote est signée par Lyndon B. Johnson

1960 | 6 août 2020

Le président américain Lyndon B. Johnson remet un stylo au chef des droits civiques, le révérend Martin Luther King, Jr. lors de la signature de la loi sur les droits de vote sous les yeux des responsables, Washington, DC, le 6 août 1965 (Washington Bureau / Getty Images )

le Mouvement des droits civiques était en vie bien avant que Lyndon B. Johnson ne prête serment après l’assassinat de John F. Kennedy en 1963 et librement élu l’année suivante, mais c’est Johnson qui a signé les Loi de 1965 sur les droits de vote. La loi, qui a été signée le 6 août de la même année, est généralement considérée comme la loi sur les droits civils la plus complète de l’histoire des États-Unis.

Il y a deux cents ans, seuls les propriétaires fonciers blancs de plus de 21 ans pouvaient voter. (thinkco.com)

Un examen du vote aux États-Unis

Quand le États-Unis a été fondée en 1776, le seules les personnes autorisées à voter étaient des protestants blancs, mâles, propriétaires terriens. La loi de naturalisation de 1790 a modifié ce mandat pour accorder aux hommes blancs libres le droit de vote lorsqu’ils sont devenus citoyens, et le traité de Guadalupe-Hidalgo de 1848 a accordé la citoyenneté américaine aux Mexicains vivant dans la terre conquise par les États-Unis mais exigeait la lecture et l’écriture en anglais. comme condition de vote. Le 14e amendement, adopté en 1868, accordait la citoyenneté aux anciens esclaves mais limitait le droit de vote aux hommes. Le 15e amendement déclarait que les États individuels ne pouvaient pas refuser le droit de vote sur la base de la race ou d’anciennes conditions de servitude, et les femmes ont eu le droit de vote en 1920 avec l’adoption de la 19e amendement.

La police a utilisé la force pour éloigner les électeurs noirs des urnes. (blog.lse.ac.uk)

Se faufiler autour des amendements

Malgré le long processus pour combler les lacunes des lois électorales, plusieurs États ont encore trouvé des moyens de les contourner. Des tests «d’alphabétisation» déroutants, des examens oraux compliqués, un emplacement stratégique des centres de vote loin des voies de transport en commun, etc. mesures alambiquées empêché même les citoyens noirs les plus instruits de voter.

En plus de ces techniques sournoises, de nombreux responsables électoraux du Sud se sont livrés à des tromperies et à des menaces de violence manifestes pour éloigner les électeurs noirs des urnes. Dans de nombreux cas, lorsque des électeurs noirs sont arrivés pour voter, on leur a dit qu’ils étaient au mauvais endroit ou qu’ils étaient arrivés un jour trop tard. Certains ont reçu une demande à remplir et ont ensuite dit qu’ils ne pouvaient pas voter en raison d’une erreur de demande. Dans certains endroits, des officiers armés ont utilisé la force et l’intimidation pour empêcher les électeurs noirs de faire entendre leur voix le jour du scrutin. Les histoires abondent d’électeurs noirs tirés ou battus avec des clubs.

Des militants des droits de vote ont été attaqués et battus par des soldats de l’État de l’Alabama. (learning.blogs.nytimes.com)

Activisme pour les droits de vote à l’ère des droits civils

Alors que l’ère des droits civiques prenait de l’ampleur dans les années 50 et 60, les militants ont éclairé de plus en plus les obstacles au vote auxquels les résidents noirs du Sud étaient confrontés. Le 7 mars 1965, un groupe de manifestants pacifiques lors d’une marche pour le droit de vote a été attaqué, battu et gazé par des soldats de la police de l’État de l’Alabama lors d’un événement violent qui a été capturé sur vidéo et diffusé aux informations nationales dans tout le pays.

Ce fut un tournant dans le mouvement des droits de vote. Une semaine plus tard, le 15 mars 1965, le président Lyndon Johnson a prononcé un discours sur les droits de vote lors d’une session conjointe du Congrès, les appelant à adopter une législation globale pour empêcher les États d’utiliser ces tactiques.

Johnson et Martin Luther King, Jr. ont longuement discuté de la loi sur les droits de vote. (prologue.blogs.archives.gov)

La loi sur les droits de vote

Le 26 mai 1965, le Sénat des États-Unis a adopté la loi sur les droits de vote, qui a été adoptée par la Chambre des représentants le 9 juillet. La loi prévoyait un contrôle fédéral dans les régions où moins de la moitié de la population non blanche était inscrite pour voter et interdit les tests d’alphabétisation et les taxes de vote. Lors d’une cérémonie du 6 août 1965 en présence de Martin Luther King, Jr. et de plusieurs autres personnalités éminentes du mouvement des droits civiques, le président Johnson a signé la loi.

Le pourcentage d’électeurs noirs a considérablement augmenté après l’adoption de la loi sur les droits de vote. (rush.house.gov)

Les conséquences

Bien que l’intimidation des électeurs se poursuive, il est clair que de nombreuses communautés du Grand Sud considèrent soudainement les électeurs noirs comme une force avec laquelle il faut compter. L’acte, qui donnait aux électeurs noirs un recours légal s’ils étaient injustement détournés des urnes, a conduit à une flambée des votes noirs dans le Sud. Dans le Mississippi, par exemple, moins de 6% des résidents noirs ont voté aux élections de 1964, mais près de 60% l’ont fait en 1969.

Depuis 1965, la loi sur les droits de vote a été modifiée à plusieurs reprises pour refléter le visage changeant de l’Amérique. Un de ces changements comprenait les droits de vote des Amérindiens, de l’Alaska, des Amérindiens et des Américano-mexicains. Un autre protégeait les droits de vote des citoyens américains non anglophones. Bien que la suppression des électeurs reste un problème sérieux dans certains endroits, la loi sur les droits de vote est prête à tout ce qu’ils peuvent y faire.

Tags: années 1960 | droits civils | politique

J’aime ça? Partage avec tes amis!



(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src= »https://connect.facebook.net/en_US/sdk.js#xfbml=1&version=v3.2&autoLogAppEvents=1″;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘428075724697421’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘2692910487403456’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘1244064469097209’);
fbq(‘track’, ‘PageView’);

!function(f,b,e,v,n,t,s)
{if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod?
n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)};
if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version=’2.0′;
n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0;
t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0];
s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,’script’,
‘https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js’);
fbq(‘init’, ‘737134893713800’);
fbq(‘track’, ‘PageView’); fbq(‘track’, ‘ViewContent’);

Voir aussi  RSNA met en évidence les prochaines étapes de la radiologie

Written by Jérémie Duval

Les États-Unis prévoient de nouvelles actions contre les applications chinoises et les fabricants de téléphones «  non fiables  »

Hertha BSC signe Deyovaisio Zeefuik de Groningen